Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un ancien Président de la République mis en examen…

2 Juillet 2014, 10:13am

Publié par Jean-Marc Pujol

Impossible d’y échapper ! Depuis les premières heures de la matinée la nouvelle tourne en boucle sur les chaînes de télévision d’information en continu, ainsi que sur les antennes de radios généralistes : « Nicolas Sarkozy, ancien Président de la République Française, a été mis en examen pour corruption active et trafic d’influence actif », dans le cadre de l’affaire dite « des écoutes téléphoniques », elle-même issue d’une autre affaire, Bétencourt. Cette mise en examen intervient au terme d’un placement en garde à vue.
 
Dans cette procédure, Nicolas Sarkozy rejoint donc son avocat et un haut magistrat, également mis en examen déjà la veille, après eux-aussi avoir été placés en garde à vue.
 
Oui, un ancien Président de la République est un justiciable ordinaire, une fois ses hautes fonctions passées.
 
Le problème, dans cette succession d’affaires instruites sur la place publique, via les médias, est que justement l’ancien Président de la République Française n’apparait pas tel un justiciable comme les autres.
 
Alors qu’il a droit à la présomption d’innocence et au principe d’égalité qui valent pour tout citoyen dans notre Démocratie, on peut déplorer une inégalité de traitement.
 
Je m’explique.
 
Je le répète : tout justiciable doit avoir une garantie de l’impartialité du magistrat qui va traiter son cas.
 
Or, je pose là la question de fond dans ce dossier : Est-ce qu’un magistrat, membre d’un Syndicat qui a pris une position partisane, contre l’ancien Président de la République – c’était lors de l’élection présidentielle de 2012, le Syndicat en question avait alors publié une tribune violente contre Nicolas Sarkozy – doit traiter le dossier le concernant ? En quelques mots : Ce magistrat peut-il être objectif ?
 
Si la Justice française est - et doit être - rendue de manière impartiale, dans le cas présent ses représentants risquent de ne pas apparaître aux yeux de l’opinion publique aussi neutres qu’ils devraient l’être...