Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Handicap, deux poids deux mesures

7 Août 2015, 12:51pm

Publié par Jean-Marc Pujol

La loi accordant de nouveaux délais pour la mise en accessibilité des lieux publics et des transports aux personnes handicapées a été publiée, hier jeudi 6 août 2015, au Journal Officiel.
Les associations qui s’occupent du handicap ne décolèrent pas. Elles ont organisé diverses manifestations depuis des mois, elles ont également lancé une pétition en ligne (change.org). La loi handicap de 2005 avait initialement fixé au 1er janvier 2015 l’obligation d’accessibilité des établissements recevant du public. Cette échéance n’a pas été respectée. Je suis le premier à le regretter et à le déplorer.
Ségolène Neuville, notre secrétaire d’Etat en charge des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, a reconnu récemment « Qu’aujourd’hui seulement un tiers des établissements recevant du public, c’est-à-dire 330 000 sur un million !, sont en accessibilité ». On a envie de lui dire : « Mais que faites-vous madame ? Qu’attendez-vous pour agir ? »… Vous qui n’hésitez pas, localement, à nous transmettre des doléances pour dénoncer d’éventuels dysfonctionnements d’accessibilité dans les transports publics… A ce propos, je veux rendre hommage à notre vice-président au sein de l’Agglo Perpignan Méditerranée, Daniel Mach, qui avec son équipe à la tête de la Délégation des Mobilités fait un travail remarquable sur l’ensemble du territoire. Son engagement en faveur d’un droit aux transports pour tous est exemplaire. Nous consacrons, par exemple, depuis le 4ème trimestre 2014, cela fait moins d’un an, 2,7 millions d’euros pour justement la mise en accessibilité des arrêts de bus de la Compagnie des Transports Perpignan Méditerranée (CTPM). Un effort particulier a été réalisé fin 2013 avec plus de 6 millions d’euros investis dans l’acquisition de 18 nouveaux bus. Avec un âge moyen du parc de bus de 6,5 ans, et plus de 80% de véhicules équipés de rampes d’accès électriques, l’objectif d’une accessibilité totale des bus urbains en 2015 sera tenu. Avec Daniel Mach, nous sommes conscients que même si ces efforts importants en matière d’investissement sont indispensables, ils ne suffisent  pas à assurer l’accessibilité au quotidien de l’ensemble des services à l’échelle des 36 communes de notre territoire. C’est pour cela que nous avons développé un partenariat actif avec de nombreuses associations de personnes à mobilité réduite, comme l’APF, pour utiliser au mieux leur expertise sur l’aménagement des arrêts de bus, l’information des voyageurs, la formation des conducteurs, l’organisation des services, etc.
Tandis que les collectivités locales et territoriales agissent, tandis que les entreprises privées investissent également lourdement, sous la pression permanente de contrôles et d’articles de loi, il ne faudrait pas que l’Etat s’exonère et s’exclut d’une démarche qu’il a lui-même imposée en « oubliant » d’être solidaire et exemplaire !
Les associations de personnes handicapées ont raison de s’inquiéter, de maintenir l’action. Leur combat est légitime. Au sein d’une Europe qui, dans ce domaine, de Stockholm à Lisbonne, fait preuve de criantes disparités, il est urgent de remettre les pendules à la même heure. Plutôt que de reculer l’échéance, de multiplier des dérogations dont on sait qu’in fine il faudra le faire, le Gouvernement aurait dû prendre ses responsabilités ; il aurait été mieux inspiré de mettre en place un Plan pour, notamment, aider les établissements - d’une capacité d’accueil de plus de 200 personnes visés par les textes - en difficulté financière avérée, à s’adapter à la loi.