Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Donner une perspective à la France… »

16 Décembre 2015, 16:14pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Sans sous-estimer les résultats du parti de Mme Le Pen qui sonnent comme un avertissement national, à l’occasion de ces élections régionales, et l’exaspération de l’électorat qui en découle, je constate que la ville de Perpignan a bien résisté à la dynamique FN enregistrée par ailleurs : entre les deux tours, l’électorat FN se stabilise avec une légère augmentation de 0,33%, alors que Dominique Reynié progresse de 1,41%. Toutes les forces de gauche et écologistes réunies jusqu’à l’extrême représentent un gros tiers des électeurs perpignanais.
En tant que référent de Dominique Reynié pour ces élections régionales, en tant que maire de Perpignan également, je remercie les électrices et les électeurs qui nous ont permis de figurer sur le podium de tête des villes (avec Alès et Nîmes) qui en Languedoc-Roussillon ont apporté en pourcentage des suffrages exprimés le plus de voix à la liste des Républicains et du Centre.
Il en est de même à l’échelon du territoire de l’Agglo puisque parmi les 36 communes, Perpignan fait réaliser à Dominique Reynié son 5ème meilleur score, avec les villes de Canet, du Soler, de Pollestres et de Sainte-Marie.
Je félicite nos deux nouveaux conseillers régionaux, Fatima Dahine et Bernard Dupont. Dans un contexte d’instabilité historique, de confusion inquiétante également, particulièrement difficile, troublé et jonché d’embûches, ils ont su relever la tête et le défi pour exprimer une autre vision de la gestion régionale. Certes, les inquiétudes demeurent réelles, notamment en matière : d’emploi, de sécurité, de pouvoir d’achat, de fiscalité, de terrorisme ou encore au sujet de l’accueil des réfugiés.
Certes, il s’agit-là de « problèmes nationaux », à la charge du gouvernement socialiste qui dirige actuellement la France, mais ce sont bien ces thèmes auxquels nous avons été confrontés durant toute la campagne de ces élections régionales. Pour faire barrage au FN, il ne suffira plus de dénoncer son programme ou d’agiter l’épouvantail de la peur. Il faudra répondre concrètement pour donner une perspective à la France et à ses habitants, pour apporter les solutions, car nous n’arriverons à rien par de fausses assurances et le déni.