Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tout simplement affligeant

18 Décembre 2015, 09:04am

Publié par Jean-Marc Pujol

C’est dans les périodes troublées qu’il faut garder son sang-froid et essayer de conduire l’action répondant aux préoccupations des Français. Chacun sait, et je le répète depuis de nombreuses années partout, que le taux de chômage en France est en train de déstructurer la société, tellement ce fléau touche toutes les familles dans le pays. Découvrir brusquement, comme le font d’anciens 1er ministre, tel M. Raffarin, emboîtant le pas de M. Valls, qu’il faut un « pacte républicain » sur ce sujet m’afflige. Ils ont eu des responsabilités éminentes, au sommet de l’Etat, ils pouvaient donc chacun à leur tour impulser, engager des réformes que tout le monde connaît et qui ont d’ailleurs été développées par des personnalités qui font autorité en la matière et qui sont aussi différentes que Jacques Attali ou encore Nicolas Baverez.
Devrais-je leur rappeler que le taux de chômage aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Allemagne est inférieur de moitié au notre ? Que l’Espagne a créé 520 000 emplois alors que la France en a détruit 740 000 depuis que M. Hollande est à l’Elysée…
Chiche ! MM. Raffarin et Valls, êtes-vous prêts, pour stopper l’hémorragie, à prendre les mesures suivantes que nombre d’économistes soutiennent et appellent :
  • Revenir sur les 35 heures,
  • Faire vôtre les préconisations de M. Badinter et du professeur Lyon-Caen pour dégager 70 principes en matière de Droit du Travail et, ainsi, abroger les milliers d’articles de notre actuel Code du Travail,
  • Revenir sur les minimas sociaux et les substituer à des accords d’entreprise,
  • Appliquer en matière de contrat de travail les principes qui ont valu à Jean Tirole le prix Nobel de l’Economie, c’est-à-dire de nouvelles règles,
  • Revoir le statut de la fonction publique – et notamment territoriale – pour lutter contre l’absentéisme chronique,
  • Baisser le taux de charges sociales des acteurs économiques en dynamisant des recrutements par une diminution corrélative des systèmes d’assistanat (comme le RSA) ; abaisser le taux d’impôt sur les sociétés à 30% ; instaurer en matière d’impôt sur le revenu 2 taux d’impôt fixe (« flat tax »), un système simplifié et beaucoup plus juste…
Si ces propositions étaient agréées par ces deux personnalités éminentes , je serais prêt à accepter de soutenir ce programme dans l’intérêt de notre pays.
Je crains malheureusement que ces déclarations d’après élections n’aient qu’un objet : se repositionner politiquement. Ce dont les Français ne veulent plus entendre parler.