Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faut-il le dire ?

22 Février 2016, 16:07pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Il y a une huitaine de jours, Perpignan faisait la Une de la rubrique des faits divers, dans les médias locaux, grâce – ou plutôt à cause ! – d’un individu qui, « sous l’emprise de l’alcool » comme on dit, avait vandalisé plusieurs dizaines d’automobiles, dans le secteur du Palais des Rois de Majorque. Pour suivre à la trace le périple fou de cet homme dont on sait depuis qu’il a agi seul, en solitaire, il suffisait de compter les pneus crevés : une centaine sur, au moins, 80 véhicules !
Ce lundi matin, on apprend que la commune de Toulouges a été à son tour la cible d’une même « opération commando » : dans la nuit de samedi à dimanche, une vingtaine de voitures situées aux abords de La Poste ont subi les foudres d’un ou de plusieurs énergumènes qui ont crevé des pneus, brisé des déflecteurs et des rétroviseurs, rayé des carrosseries… Une tempête de vandalisme qui n’a pas épargné une partie de notre littoral !
On a le sentiment qu’en parler, le dire, l’écrire, le dénoncer, renforce certains esprits fragiles qui se croient obligés de surenchérir pour apparaître dans la rubrique des faits divers, pour voir le nom de leur clocher s’afficher en toutes lettres.
Quelle époque épique ! Quelle drôle de société. Certes, en écrivant ceci, je sais que je peux aussi participer à alimenter la bêtise humaine, mais je suis conscient aussi que se taire ne servirait à rien. L’écrivain Charles Pinot Duclos avait écrit : « On fait échouer le ridicule, non en le repoussant avec force, mais en le recevant avec indifférence ». Deux siècles plus tard, la journaliste Françoise Giroud « lui » répondait en écho : « L’indifférence est une infirmité de l’esprit et du cœur »…
De quel côté se placer ? A méditer.
La certitude est que, ce matin, nombre de personnes n’ont pu se rendre sur leur lieu de travail à cause d’imbéciles qui ont dégradé ce qui, souvent, est leur seul moyen de transport.