Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

19-Mars : se souvenir, pour garder la vérité en mémoire

21 Mars 2016, 12:04pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Les faits, seulement les faits, rien que les faits.
Je me réjouis de constater que ma Lettre ouverte à Monsieur François Hollande Président de la République Française, à propos du choix du 19-Mars comme date officielle pour commémorer la fin de la Guerre d’Algérie, a fait le buzz sur certains blogs et les réseaux sociaux. Entre bons sens, témoignages directs, influences délétères et discussions enflammées, chacun a pu comme on dit « apporter sa pierre à l’édifice » afin de nous éclairer sur nos vérités et nos erreurs. Le débat a eu lieu et il est loin d’être clos.
Je souhaite toutefois remettre les pendules de l’Histoire à l’heure, concernant les propos tenus par diverses personnalités locales…
1/ Concernant M. Nicolas Garcia, responsable départemental du Parti Communiste : il est erroné, pour défendre en vain la date du 19-Mars, de la comparer avec « l’après 8 mai 1945 ». Après le 8 mai 1945, la Seconde Guerre mondiale n’a pas continué en Europe, elle s’est poursuivie dans l’Océan Pacifique, je pense là plus particulièrement aux bombardements atomiques qui ont eu lieu à Hiroshima et Nagasaki. Nous savons tous par ailleurs que M. Nicolas Garcia est très sensible à l’Histoire des Républicains Espagnols ; je lui rappellerai que la Guerre d’Espagne ne s’est pas arrêtée avec la victoire du Général Franco, puisque les Républicains Espagnols ont été victimes d’exécutions bien après… Leur mémoire doit être respectée, comme celle de ceux qui ont été assassinés après le 19 mars 1962.
2/ Concernant Mme Hermeline Malherbe, la présidente socialiste du Département, je l’invite à réviser l’Histoire de France, et non à la revisiter, car après le 8 mai 1945, il n’y a pas eu chez nous de massacres de civils innocents et de militaires, comme hélas cela fut le cas en Algérie après le 19 mars 1962.
3/ Concernant M. Louis Aliot, député européen Front National : on aurait aimé le voir au moment de la création du Centre de Documentation des Français d’Algérie, ou à l’inauguration du « Mur des Disparus » où le FN a brillé par son absence…
Ces trois mises au point me paraissent nécessaires pour oxygéner notre mémoire collective, afin que celle-ci ne dégénère pas en mémoire sélective. Car à force de réagir dans « l’à peu près », on finit par ajuster l’inexactitude en certitude. On peut calculer  « un âge à peu près », mais certainement pas une date historique !