Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrées de ville : la vitrine de notre qualité de vie

9 Mars 2016, 09:38am

Publié par Jean-Marc Pujol

Prochainement vont débuter d’importants travaux de rénovation pour « relooker » le haut de l’avenue Victor-Dalbiez. Coût de l’investissement : 2,5 millions d’euros. Il s’agit de rendre plus attrayante cette entrée de ville qui, comme chaque accès qui mène à un village, à une commune quelle que soit sa taille, ou encore à une station balnéaire, constitue une vitrine essentielle et une attractivité qui doit être incontournable. C’est l’objectif de cette rénovation impulsée par Chantal Gombert, maire du quartier Ouest. A partir de cette requalification urbaine, c’est tout le pari de la transformation pour la revitalisation d’un secteur urbain qui est engagé avec : des trottoirs élargis, la replantation d’arbres, la création de pistes cyclables, un éclairage public adapté, etc.-etc.
Trop souvent, j’ai entendu certains de nos visiteurs venus de « pays du nord » se plaindre, à juste titre, de venir chez nous chercher le soleil, une certaine qualité de vie « méditerranéenne », avec ses vignes, ses oliviers, bref un environnement qui soit le reflet de notre identité géographique et économique, et de n’y trouver en entrant que des zones d’activités – commerciales ou industrielles – des passages obligés par des pénétrantes loin d’inviter aux vacances…
C’est un constant que nous faisons tous. Et auquel nous devons remédier. Entre rêve de campagne et satisfaction de vivre en ville, les Perpignanaises et les Perpignanais aimeraient, dans l’idéal, pouvoir rapprocher les deux modes de vie. Ils se prennent à rêver d’une ville en harmonie avec la nature, d’un développement également de biodiversité urbaine et des moyens de transports doux (comme le vélo). C’est exactement ce que le projet « Terra Nostra » porté par mon ami le sénateur François Calvet projette dans ce mandat qui court jusqu’en 2020.
De mon côté, en tant que maire de Perpignan, avec l’équipe municipale qui m’entoure, nous allons accélérer le mouvement d’un projet d’investigation inédit pour agréger les données existantes, élargir la réflexion pour répondre aux préoccupations de tout un chacun, conscients que nous sommes qu’à partir de l’urbanisme et du cadre environnemental qui en découle nous pouvons aussi évoluer « culturellement », rendre la ville plus accessible, et donc forcément plus attractive.