Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacqueline Alduy nous a quittés

15 Mars 2016, 17:04pm

Publié par Jean-Marc Pujol

S’il y avait une seule citation, un seul slogan, pour caractériser la foi d’un élu – en l’occurrence une élue, Madame Jacqueline Alduy - dans la réalisation de son mandat, ce serait évidemment : « Une vie au service de sa ville ! ».
C’était Jacqueline Alduy : quarante-deux années passées à diriger la commune d’Amélie-les-Bains/ Palalda, de 1959 à 2001. Elle représenta également son canton au Conseil général pendant de longues années, de 1967 à 2001. Elle fut même la première femme sénateur des Pyrénées-Orientales, en 1982-83. Je le rappelais tout-récemment sur mon blog lors de la Journée internationale des Droits des Femmes, en lui rendant hommage. Elle nous a quittés ce mardi 15 mars 2016, à l’âge de 91 ans, à son domicile d’Amélie-les-Bains.
« Une vie au service de sa ville… et de son Vallespir ! » : cette terre, superbe, véritable jardin extraordinaire et enchanté, était l’ancrage de cette native d’Hanoï (Indochine). Elle en était l’Ambassadrice et forcément très amoureuse. De la taille d’Edith Piaf, cela ne l’avait nullement empêché de gravir les échelons jusqu’au sommet de la scène politique locale, départementale, de s’y installer solidement et efficacement pendant près d’un demi-siècle. Dans l’hémicycle du Département, elle avait su trouver sa voie, se faire entendre comme nul autre élu, et, surtout, respecter. Femme de grande culture, douée pour l’écrit, j’entends encore et encore cette petite voix engagée dans la vie publique, sans cesse mobilisée, prête à en découdre avec n’importe quels courants de pensées s’il s’agissait d’exprimer un mécontentement, de faire passer un message. Un engagement pris, c’était un engagement tenu !
Sa ville lui doit beaucoup. Ce n’est pas un secret si certains Améliens-Palaldéens l’avaient surnommés si joliment « La Reine Amélie ».
A son fils Jean-Paul (auquel j’ai succédé dans le fauteuil de maire de Perpignan), à sa fille Catherine, à son gendre, à ses petits-enfants, à toute sa famille, au nom de la Ville de Perpignan et de la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole, je présente mes condoléances les plus attristées.