Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il n’y aura pas de guinguettes sur les berges de la Têt, mais…

15 Avril 2016, 07:14am

Publié par Jean-Marc Pujol

J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur le sujet : l’aménagement des berges de la Têt, dans le cadre du Projet de territoire Terra Nostra, vise naturellement à améliorer la qualité de vie et à faciliter les échanges, en favorisant un partage équitable de l’espace public pour tous les modes de déplacements (à pieds, à vélo, en transports en commun, en voiture), en créant certes des espaces de vie agréables, accessibles « à tous » et « pour tous », tout en redynamisant le commerce de proximité.
Justement, si le projet a volontairement écarté toute construction de « kiosques », toute implantation de commerces – une municipalité peut organiser l’activité commerciale sur le domaine public, et ce n’est pas son rôle d’en édifier – c’est justement pour à contrario favoriser l’ouverture d’activités commerciales au rez-de-chaussée d’immeubles, pour y réintroduire du lien social que le « passeig déambulatoire » a été imaginé.
Ce projet d’envergure va offrir un nouveau visage à un quartier urbain que l’on peut qualifier « d’historique », même s’il n’est pas situé directement dans le cœur de ville. C’est un axe majeur qui va être revisité, transformé, avec notamment une piétonnisation à grande échelle des berges de la Têt, le long de l’avenue Torcatis… Au total, ce sont 20 à 25 000 m² qui sont concernés pour répondre aux besoins des habitants. Comme l’ont souligné Annabelle Brunet et Virginie Barre, particulièrement sollicitées pour aider à la valorisation dudit projet « la circulation des piétons et des cycles sera sécurisée, privilégiée, ainsi que l’animation, mais au pied des façades d’immeubles il a été prévu un trottoir large d’au moins cinq mètres pour permettre le maintien ou le développement de commerces de proximité existants… Et pourquoi pas permettre la revitalisation des rez-de-chaussée de ces immeubles qui parfois ont été laissés à l’abandon ».
L’objectif est de recréer du lien, comme la passerelle nous l’a démontré, et alors le quartier du Vernet deviendra un authentique « balcon » au Sud, retrouvant ainsi toute son identité dans le fonctionnement de la ville.