Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Primaire de la droite et du centre : le dernier débat n’a rien changé

18 Novembre 2016, 11:16am

Publié par Jean-Marc Pujol

A mes yeux, le troisième et dernier débat télévisé dans le cadre de la « primaire » de la Droite et du Centre-droit qui a eu lieu hier soir, sur France 2, n’a rien changé au film. Ce débat a été de bonne tenue – cela fait plaisir à voir et à écouter – chacune et chacun a compris qu’il devait y avoir un respect des uns, les candidats, envers les autres, les électeurs, en ayant pour cela un comportement digne. Ce qui nous a changé des débats outre-Atlantique où, pendant la campagne pour l’élection du président des Etats-Unis d’Amérique, on a assisté à des empoignades verbales, à des joutes oratoires surréalistes, mêlant vulgarité, agressivité et mensonges également, prenant le pas sur l’intelligence.

Sur le plan des idées et de l’action à mener, je constate qu’il y a très peu d’écart entre les candidats, en matière économique c’est flagrant. Tout le monde est convaincu qu’il faut : baisser la fiscalité, rallonger le temps de travail, modifier l’âge de départ à la retraite, pour tenir compte de l’augmentation de l’espérance de vie.

En matière sécuritaire, c’est peut-être là où les distinctions sont les plus marquées, avec des propositions qui me paraissent nécessaires et qui sont portées par Nicolas Sarkozy. A propos des fichiers « S », qui visent les personnes potentiellement menaçantes pour la sécurité de l’Etat, la déception porte sur des candidats de grande qualité, tels Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet, qui développent certes des projets novateurs en phase avec les attentes des Français, comme le non-cumul des mandats et la limitation des mandats dans le temps, mais qui n’ont pas su être audibles.

Mais le vrai sujet de fond est bien sûr la date du 27 novembre 2016, au soir du rendez-vous du second tour de cette « primaire ». Car dès le lendemain, nous devrons toutes et tous être réunis, rassemblés, pour porter les valeurs de la Droite et du Centre-droit, car la candidature d’Emmanuel Macron et celle de Marine Le Pen vont laisser un espace réduit pour les partis « classiques ».