Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu’avez-vous fait Mme Neuville pour empêcher les P-O de devenir un bastion du Front National ?

14 Avril 2017, 13:10pm

Publié par Jean-Marc Pujol

En ce Vendredi Saint, sur pratiquement une pleine page, dans les colonnes du journal L’Indépendant, « notre » secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, Mme Ségolène Neuville, en appelle à la lutte – sans armes, ouf ! – contre le Front National. Les mots sont directs, la pensée sévère, voire sectaire (comme l’est celle de ceux à qui elle s’oppose), l’objectif lui est carrément pathétique.
Qu’a fait Mme Neuville, aux commandes du Département avec ses amis politiques depuis 1998 pour ces derniers, pour freiner, contenir ou au moins ralentir la percée, ou plutôt désormais « la trouée » du FN sur le sol roussillonnais ? Rien. Le FN dans les P-O, c’est 64 000 voix au 2ème tour des élections départementales de mars 2015. Le FN dans les P-O c’est 69 688 voix (41,7% des suffrages exprimés) lors des élections régionales, en décembre 2015…
Sur le ton d’Apocalypse Now, Mme Neuville nous la joue dramatique, la main sur le cœur (Qui est à gauche dans le corps humain bien sûr). A chaque rendez-vous électoral, la gauche nous a habitué à agiter le diable FN pour mieux nous faire peur. C’est la même chanson, le même inépuisable (mais attention pas inusable) refrain. Entre deux élections, avec la même gauche (incarnée localement par Mme Neuville) aux commandes des Départements, des Régions, de l’Etat : la situation économique et sociale reste désespérément inquiétante pour la très grande majorité des Françaises et des Français : faible croissance économique, pouvoir d’achat en berne, inégalités criantes persistantes, fiscalités à la hausse, pressions diverses sur le monde du travail, etc.-etc.
Je me souviens d’un temps où le député lozérien Jacques Blanc, alors secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture (de Raymond Barre), avait apporté à la Lozère son département une belle notoriété et des retombées économiques considérables à partir de son mandat dans le gouvernement. Pour un peu, il aurait pavé d’or les routes entre La Canourgue et Florac via Mende. En tout cas, il s’est attelé à accélérer le développement de son territoire. Je pourrais citer également le Biterrois Jean-Claude Gayssot, qui fut ministre des Transports (de Lionel Jospin) , et qui apporta une nouvelle et incontestable dynamique au réseau ferroviaire sur son territoire, dans l’Hérault.
Mais « notre » ministre, Mme Neuville, en place dans le gouvernement de Manuel Valls puis de Bernard Cazeneuve, depuis très exactement 3 ans et 5 jours !, qu’a-t-elle (r)apporté à notre, à « son » territoire ? Rien. Elle aurait pu jouer les « teignouses », battante et intraitable pour imposer la route à quatre voies entre Perpignan et Prades, ou entre Perpignan et Cerbère via surtout le pôle économique portuaire essentiel de Port-Vendres… Elle aurait pu, elle aurait dû !, faire avancer le TGV une bonne fois pour toutes. Il fallait qu’elle roule pour notre département, pour une fois, depuis bien longtemps, que nous avions un(e) ministre en poste. Cette fonction devait lui permettre d’être poc a poc influente, pour le moins.
Mais non. Cette place au sein du Gouvernement ne lui a même pas permis d’imposer notre identité territoriale, le Pays Catalan, dans le nom de la nouvelle Grande Région « Occitanie » dessinée par et pour ses amis socialistes…
Selon les bons mots de Mme Neuville, défendre notre territoire c’est se débarrasser du FN… et bien sûr d’expulser du territoire tous ceux qui votent pour le FN ? Un point c’est tout. Donc les habitants des P-O continueront d’être parmi les plus défavorisés de France, de regarder les trains passer… et de voter avec plus de détermination pour le FN. Car ce n’est pas ainsi Mme Neuville que vous ferez barrage au FN. Depuis trop longtemps maintenant les citoyens français sont mécontents de la performance de leurs élites politiques. Et ils n’hésitent plus, hélas, à s’ouvrir vers des solutions de rechange dangereuses parce que clairement autoritaires.