Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La République déraillerait-elle ?

27 Septembre 2017, 07:37am

Publié par Jean-Marc Pujol

La République déraillerait-elle ?
Un député LREM qui agresse violemment un cadre du PS, des voyous qui incendient un véhicule de police et qui attaquent à coups de barre de fer ses occupants, un ancien candidat à l’élection présidentielle qui dérapent dans le propos en faisant une allusion des plus douteuses et scandaleuses : notre République serait-elle à ce point si mal en point ?
Le député « macroniste » M’jid El Guerrab est poursuivi pour « violences volontaires avec arme ». il a littéralement assommé Boris Faure, 1er secrétaire de la fédération du PS des Français de l’étranger, lors d’une violente altercation dans le 5ème arrondissement de Paris. Inimaginable. C’est une première en France.
Récemment ont comparu devant la justice des militants baptisés « antifascistes » par les media, pour avoir brûlé une voiture de police en mai 2016, à Paris, lors des manifestations contre la loi El Khomri. Les images de cette scène spectaculaire, d’une violence inouïe, ont fait le tour du monde. Quelques jours avant le procès, et au terme d’une enquête remarquablement menée et pourtant accusatrice, on nous apprend que la tentative d’assassinat à l’encontre des prévenus n’est plus retenue par la justice…
Samedi dernier, c’est le patron de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, ancien candidat à l’élection présidentielle, qui dérape dangereusement dans le verbe depuis une tribune contre la réforme du Code du Travail. Celui-ci tient alors des propos qualifiés « d’indignes et douteux » par la classe politique, certains syndicalistes et même, surtout, des historiens en colère. Mais comment ne pourrait-on pas l’être, en colère, lorsque Mélenchon met sur le même plan « les nazis et des républicains » en affirmant, je le cite : « c’est la rue qui a abattu les rois, c’est la rue qui a abattu les nazis, c’est la rue qui a protégé la République contre les généraux félons en 1962 (…) ».
En disant cela, de cette manière, le dirigeant de La France Insoumise, non seulement commet une ineptie historique – car c’est bien la rue ne lui en déplaise qui a porté les nazis au pouvoir en Allemagne – mais en plus il se situe dans le camp des extrêmes qu’il entend dénoncer, il participe à l’élaboration d’un détestable climat anxiogène, il jette de l’huile sur le feu. Si telle est son unique projet, son ambition, alors la République doit se ressaisir. On peut être insoumis tout en restant digne, respectueux.
Face à M’jid El Guerrab, face aux « antifas » qui se révèlent être eux les fascistes affichés par leur mode d’opération dans les rues lors des manifestations, face à des « mélenchonades » ambigües, nébuleuses, la République doit se lever et savoir dire : stop !
Je rappellerai que les fascistes sont ceux qui agressent les gens, physiquement ou verbalement, qui attaquent les policiers… C’est bien « la rue » qui a amené le nazisme. Et ce sont les soldats qui ont terrassés les Nazis et sont morts pour cela ! Alors, de grâce Monsieur Mélenchon, cessez vos absurdités.