Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Transparence du patrimoine des ministres

18 Décembre 2017, 15:03pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Désormais, dans le cadre du site internet de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, chacun peut accéder aux déclarations du patrimoine des membres du Gouvernement de la République.
Je suis désagréablement surpris de constater la tournure que peuvent parfois prendre ces révélations. Ainsi, à lire certains éditorialistes, à entendre certains commentateurs, à suivre certains medias, de cette « transparence » il n’y aurait au final que « suspicion » à dénoncer et « opprobre » à jeter.
Je m’inscris en faux contre cette pseudo-chasse aux sorcières aux forts relents de populisme !
En effet, s’il est logique, normal, nécessaire même, sain, que les citoyens soient informés du train de vie de celles et ceux qui sont en charge d’organiser leur quotidien, dans le cadre du fonctionnement de la République et d’un Etat de droit, en revanche il est dangereux de montrer du doigt automatiquement des ministres parce qu’ils seraient « plus riches » que la moyenne. Après tout, pourquoi tel ou tel autre membre du gouvernement n’aurait-il pas le droit de posséder à titre privé une « grosse cylindrée », une résidence secondaire, plusieurs même, si cela est le fruit exclusif d’un travail qui a été effectué et rémunéré en toute légalité ?
Cette loi sur la transparence de la vie publique a pour but de vérifier que ces patrimoines correspondent bien à des activités vérifiées et non dissimulées. Il est scandaleux de jeter l’opprobre sur tout le monde et de se lancer dans une campagne médiatico-voyeuriste à partir d’éléments subjectifs, volontairement interprétés de manière insidieuse, fallacieuse, caricaturale. Ne l’oublions pas : quand on a travaillé toute une vie il est logique d’être propriétaire, de s’être constitué un patrimoine.
La question doit-être : ce patrimoine est-il légal ou illégal ? Un point c’est tout.
Jeter la suspicion sur tout le monde à partir d’un cas de fraude isolé, qui serait avéré, est tout simplement insupportable.