Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le hamburger supplante le jambon-beurre… et alors ?

20 Mars 2018, 15:12pm

Publié par Jean-Marc Pujol

L’info est tombée ce mardi matin sur tous les téléscripteurs, elle s’est affichée dans la foulée sur l’ensemble des écrans : télés, tablettes, smartphones, ordinateurs… C’est qu’il s’agit-là d’un événement de taille ! Pensez-donc, au pays de la-baguette-tartinée-de-beurre-avec-une-tranche-de-jambon-beurre, le hamburger qui devient roi de nos assiettes… Car le plus surprenant, dans cette annonce, c’est que cette révolution de palais (de bouche) est emmenée par le service à table, et non par une pause gourmande façon « encas » entre Midi et 14h, le temps d’un lèche-vitrine en mode shopping.
Selon le très sérieux cabinet Gira Conseil – qui publie chaque année ce bilan à l’occasion du salon « sandwich & snack show » qui se tiendra les 4 & 5 avril Porte de Versailles à Paris - il se serait donc vendu l’an passé, en France, pour près de 1,460 milliard de burgers contre 1,215 milliard de jambon-beurre. Toujours selon ce cabinet-conseil, on apprend que « la restauration rapide ne vend que 30% des burgers, le service à table se taillant la part du lion avec 70%... ». Le burger serait présent sur la carte de 85% des restaurants de France et de Navarre.
Perpignan n’échappe pas à cette tendance. A tort ou à raison, sur les réseaux sociaux, certains internautes relèvent le phénomène, qualifiant, par exemple, l’avenue perpignanaise qui conduit à la Gare, de « kébab city », ou encore de « royaume du burger », sans oublier les abords d’établissements scolaires souvent visés, ici comme ailleurs, par un marché qui poursuit une expansion annuelle à deux chiffres. Je n’entrerai pas dans ce débat, je constate simplement que les faits pointés du doigt sur ce type de restauration plus ou moins rapide à Perpignan se sont emparés de la plupart des centre-ville. Le traditionnel jambon-beurre n’est pas le seul à reculer face au tsunami burger, le steak-frites et la pizza seraient également menacés. Faut-il y voir une question de pouvoir d’achat ?, de calories ?… Pour 100 grammes d’un sandwich jambon-beurre les calories s’élèveraient en moyenne à 280, contre 295 pour un hamburger, 266 pour une pizza… et jusqu’à 760 pour un steak-frites (mais dans ce cas cela dépend du taux de matière grasse de la viande, nous apprennent les nutritionnistes).
En tout cas, phénomène de mode, évolution des mœurs ou style de vie, ce « post » est pour moi l’occasion de rendre un hommage appuyé à une profession, celle des brasseurs et restaurateurs qui, dans l’ensemble, contribuent à améliorer la qualité de ville touristique de Perpignan. La dernière édition du Guide Michelin le démontre une fois de plus.
Le burger est aujourd’hui à toutes les sauces, à tous les menus, je connais à Perpignan des brasseries, des lieux de gastronomie, qui le proposent sur leur carte, qui l’ont même amélioré avec une recette « à la catalane ». Il y a le burger que nous connaissons tous, mais il y a également le burger végétarien, sans viande mais pas sans goût ! Et maintenant, pour l’anecdote, le « burger vegan » (annoncé à 177 calories pour 100 grammes)…
Je fais confiance à tous nos cuisiniers de renom en Pays catalan (et ils sont légion), à tous nos restaurateurs, aux chroniqueurs, pour maintenir, grâce à des productions agricoles locales de qualité, une cuisine de proximité au top ! C’est aussi ça l’attractivité d’un territoire, la recette du succès. La mise en place de notre nouvel office de tourisme communautaire Perpignan Méditerranée Métropole s’appuie sur un ensemble de talents, sur leur diversité, qu’ils soient culturels, sportifs, architecturaux, identitaires, artisanaux, issus également bien évidemment des métiers de l’hôtellerie et de la restauration.