Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Selon le magazine L’Express : « Perpignan est la 14ème ville de France où il fait bon entreprendre »

8 Novembre 2018, 16:33pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Selon le magazine L’Express : « Perpignan est la 14ème ville de France où il fait bon entreprendre »
Le palmarès annuel 2018 élaboré par la rédaction du magazine hebdomadaire L’Express, place Perpignan dans le Top 15 (sur les 100 retenues !), des « Villes françaises où il fait bon entreprendre »… La métropole Perpignan Méditerranée est même, avec Chambéry, classée 12ème dans ce palmarès, la seule agglomération de moins de 350 000 habitants (317 155 hab. retenus pour l’aire urbaine de Perpignan) a figurer dans le Top 15 de ce classement.
Toulouse est à la 1ère place, Nantes (2ème), Bordeaux (3ème), Montpellier (4ème), Rennes (5ème), Lyon (6ème)… Perpignan et sa métropole sont devant Grenoble (15ème) et Strasbourg (18ème), par exemple.
Pour arriver à ce classement, la rédaction de L’Express s’est entourée de nombreux facteurs et critères, au total trente-cinq indicateurs, regroupés dans trois chapitres – « Je vis », « Je travaille » et « J’entreprends ». Pour les journalistes de l’hebdomadaire national :  « la ville la plus adaptée à l’entrepreneuriat est celle qui offre de nombreuses formations universitaires, dispose d’un marché du travail dynamique, se distingue par de nombreuses créations d’entreprises, n’est pas handicapée par un salaire moyen trop élevé, bénéficie d’un secteur du bâtiment et de la construction actif… et accueille un nombre élevé d’entreprises high tech ».
Je voudrais saisir cette occasion pour rendre un hommage appuyé et mérité aux agents de la Direction du Développement Economique de la métropole Perpignan Méditerranée (PMM), ainsi qu’aux élus de notre collectivité territoriale et à tous les services qui œuvrent ensemble, quotidiennement, efficacement – ce palmarès le prouve s’il le fallait – pour la reconnaissance d’une économie locale et éco-responsable. La passerelle entre PMM et l’Agence de Développement Economique Pyrénées-Méditerranée Invest (l’ADE-PMI), dirigée par Laurent GAUZE, en étroit partenariat avec diverses institutions et organismes consulaires (comme la Chambre de Commerce et d’Industrie des P-O présidée par Bernard FOURCADE), montre que cela peut fonctionner lorsque qu’on y met les moyens, la volonté, lorsque l’on s’appuie sur une solidarité public-privé pour mettre toutes les chances de son côté.
Car en ligne de mire des projets que l’on souhaite réaliser, des objectifs que l’on veut atteindre, il y a la création d’emplois de proximité, de pépinières d’entreprises, l’innovation, la vitrine économique de tous nos savoir-faire, la transition énergétique, les pôles d’activité et bien plus encore. Tout cela concourt évidemment à la « fabrique » du territoire de demain, notre territoire.
Ainsi, par exemple, au cours des trois dernières années, le stock foncier des Zones d’Activités Economiques (ZAE) de PMM a baissé de plus de 58%, passant de 46 hectares en 2014 à 19 hectares restant disponibles à fin 2017, soit encore : plus de 27 hectares vendus (274 796 M²) ! Et cela pour l’implantation de 91 entreprises (dont 20% d’entreprises exogènes). Cela représente 24 millions d’€ d’actes signés… avec une prévision d’actes signés de 11 millions d’€ pour l’année en cours (2018).
Quelques exemples de zones à fort succès : le Pôle nautique de PMM, à Canet-en-Roussillon, 98% commercialisés à ce jour ; Torremila à Perpignan, 93% commercialisés ; TecnoSud 2, toujours à Perpignan, 65% commercialisés seulement deux ans après sa livraison en 2015.
Face à ces évolutions, il est donc impératif que la métropole lance une nouvelle stratégie de développement des ZAE, afin de pouvoir proposer une nouvelle offre immobilière à court terme. Plusieurs projets d’extensions stratégiques vont d’ailleurs être lancés.
Tous ces succès mis bout à bout, grâce je le répète à la Direction du Développement Economique de PMM, à l’ADE-PMI ainsi qu’à ses partenariats qui lui permettent de coordonner et démultiplier son action, débouchent sur un dispositif essentiel pour créer de nouveaux outils d’attractivité économique, notamment au service des jeunes entreprises.
Ce classement effectué par le magazine L’Express peut être considéré comme le fruit de nos ambitions, tant il vient récompenser nos efforts dans le développement économique métropilitain. C’est en tout cas ainsi que je l’apprécie.