Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vive le monde libre !

22 Août 2015, 20:58pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Je veux exprimer ma gratitude et mon admiration envers le Français, les militaires américains et le Britannique qui ont évité un massacre d’innocents, hier, à bord du train Thalys reliant Bruxelles à Paris. Leur courage doit nous servir d’exemple, car ils sont intervenus en mettant leur vie en péril face à un fanatique lourdement armé, dont ils ont permis l’interpellation. Cette solidarité d’hommes libres démontre que la barbarie islamiste ne gagnera jamais. Je souhaite un prompt rétablissement aux victimes. Vive le monde libre !

Voir les commentaires

Handicap, deux poids deux mesures

7 Août 2015, 12:51pm

Publié par Jean-Marc Pujol

La loi accordant de nouveaux délais pour la mise en accessibilité des lieux publics et des transports aux personnes handicapées a été publiée, hier jeudi 6 août 2015, au Journal Officiel.
Les associations qui s’occupent du handicap ne décolèrent pas. Elles ont organisé diverses manifestations depuis des mois, elles ont également lancé une pétition en ligne (change.org). La loi handicap de 2005 avait initialement fixé au 1er janvier 2015 l’obligation d’accessibilité des établissements recevant du public. Cette échéance n’a pas été respectée. Je suis le premier à le regretter et à le déplorer.
Ségolène Neuville, notre secrétaire d’Etat en charge des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, a reconnu récemment « Qu’aujourd’hui seulement un tiers des établissements recevant du public, c’est-à-dire 330 000 sur un million !, sont en accessibilité ». On a envie de lui dire : « Mais que faites-vous madame ? Qu’attendez-vous pour agir ? »… Vous qui n’hésitez pas, localement, à nous transmettre des doléances pour dénoncer d’éventuels dysfonctionnements d’accessibilité dans les transports publics… A ce propos, je veux rendre hommage à notre vice-président au sein de l’Agglo Perpignan Méditerranée, Daniel Mach, qui avec son équipe à la tête de la Délégation des Mobilités fait un travail remarquable sur l’ensemble du territoire. Son engagement en faveur d’un droit aux transports pour tous est exemplaire. Nous consacrons, par exemple, depuis le 4ème trimestre 2014, cela fait moins d’un an, 2,7 millions d’euros pour justement la mise en accessibilité des arrêts de bus de la Compagnie des Transports Perpignan Méditerranée (CTPM). Un effort particulier a été réalisé fin 2013 avec plus de 6 millions d’euros investis dans l’acquisition de 18 nouveaux bus. Avec un âge moyen du parc de bus de 6,5 ans, et plus de 80% de véhicules équipés de rampes d’accès électriques, l’objectif d’une accessibilité totale des bus urbains en 2015 sera tenu. Avec Daniel Mach, nous sommes conscients que même si ces efforts importants en matière d’investissement sont indispensables, ils ne suffisent  pas à assurer l’accessibilité au quotidien de l’ensemble des services à l’échelle des 36 communes de notre territoire. C’est pour cela que nous avons développé un partenariat actif avec de nombreuses associations de personnes à mobilité réduite, comme l’APF, pour utiliser au mieux leur expertise sur l’aménagement des arrêts de bus, l’information des voyageurs, la formation des conducteurs, l’organisation des services, etc.
Tandis que les collectivités locales et territoriales agissent, tandis que les entreprises privées investissent également lourdement, sous la pression permanente de contrôles et d’articles de loi, il ne faudrait pas que l’Etat s’exonère et s’exclut d’une démarche qu’il a lui-même imposée en « oubliant » d’être solidaire et exemplaire !
Les associations de personnes handicapées ont raison de s’inquiéter, de maintenir l’action. Leur combat est légitime. Au sein d’une Europe qui, dans ce domaine, de Stockholm à Lisbonne, fait preuve de criantes disparités, il est urgent de remettre les pendules à la même heure. Plutôt que de reculer l’échéance, de multiplier des dérogations dont on sait qu’in fine il faudra le faire, le Gouvernement aurait dû prendre ses responsabilités ; il aurait été mieux inspiré de mettre en place un Plan pour, notamment, aider les établissements - d’une capacité d’accueil de plus de 200 personnes visés par les textes - en difficulté financière avérée, à s’adapter à la loi.

Voir les commentaires

Tout est dit !

6 Août 2015, 10:14am

Publié par Jean-Marc Pujol

Dans une interview au magazine « Valeurs Actuelles », Nicolas Sarkozy demande aux électeurs tentés par un vote FN de « ne pas poursuivre la politique du pire ». Dans son rôle de leader de l’Opposition, l’ex-chef de l’Etat veut convaincre les électeurs du Front National de voter pour la « Droite Républicaine » lors des prochaines élections régionales qui auront lieu au mois de décembre 2015, dernier rendez-vous électoral national avant l’élection présidentielle de 2017. Nicolas Sarkozy rappelle tout simplement que « Voter FN au 1er tour des régionales, c’est faire gagner la gauche au second tour ; c’est aboutir au même résultat que la situation actuelle ; au final, c’est donc le statu quo ». Ainsi, tout est dit. Il n’est pas question de diaboliser les électeurs FN, ou ceux qui seraient tentés de voter FN pour la première fois. Nicolas Sarkozy montre sereinement la voie d’une alternance possible grâce au vote en faveur des Républicains et de l’UDI. Encore faut-il stimuler l’électorat, lui envoyer des signaux forts, pour cela, pour arriver au consensus, l’opinion publique – les électeurs – attend des positions claires, des actes concrets et des réformes stratégiques. C’est ce que proposent « Les Républicains », pour tourner la page du socialisme, pour lever les verrous qui bloquent l’économie et la création d’emplois dans notre pays en général, dans nos régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées en particulier. C’est le discours à droite de Nicolas Sarkozy.

Voir les commentaires

Ecouter, entendre…

5 Août 2015, 19:02pm

Publié par Jean-Marc Pujol

En début de soirée, alors que je m’apprêtais à faire un tour en centre-ville pour suivre en partie les Jeudis de Perpignan, j’ai été accosté par un couple de touristes, attablés près de moi sur une terrasse de café. Ceux-ci, sans savoir qui j’étais (et pour un élu de proximité ce sont souvent-là des conversations précieuses car rares), m’ont d’abord demandé si j’étais « d’ici », puis m’ont interpellé sur les endroits de la ville à visiter, à fréquenter, durant leur séjour. Ils arrivaient de Bretagne et étaient venus passer quelques jours à Canet-plage, avant de poursuivre leurs vacances de l’autre côté des Pyrénées. C’était leur toute-première halte en Pays Catalan. Visiblement, ils ont été conquis, séduits, par, je les cite, le côté « ensoleillé et coloré de Perpignan ». C’est eux qui le disent : « De ce que nous avons vu des quartiers typiques du centre-ville, nous avons aimé. Nous avons noté l’absence d’un modernisme architectural qui casse tout et qui souvent défigure les villes qui ont grossi trop vite, et qui finissent par toutes se ressembler, perdant l’identité qui faisait pourtant tout leur charme. Vous avez su conserver cet esprit catalan, cette qualité de vie méditerranéenne, une certaine authenticité… En tant que Bretons fiers de nos racines et de nos traditions, nous y sommes particulièrement sensibles ». Un maire, quel qu’il soit, quelle que soit la taille de sa commune, village, ville ou métropole, ne peut que se nourrir avec fierté d’un tel constat, d’un tel « regard venu de l’extérieur ». Ensuite, je sais les difficultés que certains Perpignanais peuvent traverser au quotidien en vivant leur ville passionnément, comme je le fais d’ailleurs ! S’agissant de la propreté, de la sécurité publique, de l’entretien de la voirie, de la circulation et du stationnement, de l’aménagement urbain, de la vie de nos quartiers, l’équipe municipale qui m’entoure essaie, jour après jour, d’apporter des réponses, des solutions, à la hauteur des ambitions et des espérances que nous voulons tous pour Perpignan. Je retiendrai encore ces quelques mots relevés sur le livre d’or d’un professionnel du tourisme : « Perpignan, ville magique, idéalement posée entre mer et montagne, avec un climat qui la rend dynamique dès le lever du jour… ». Il est bon, de temps en temps, de laisser parler nos visiteurs, même si je suis pleinement conscient que d’autres peuvent avoir un avis différent. Comme beaucoup, je lis aussi les rubriques « Lecteurs » de nos média, je parcours les blogs, j’entends et j’écoute, même si la réactivité n’est pas toujours à 100% au rendez-vous.

Voir les commentaires

Voilà pourquoi « J’y crois »…

5 Août 2015, 09:58am

Publié par Jean-Marc Pujol

Les 6 et 13 décembre prochains auront lieu les élections régionales. Le scrutin, à cette occasion, entérinera la fusion des nouvelles régions, pour ce qui nous concerne le Languedoc-Roussillon + Midi Pyrénées. C’est Dominique Reynié qui dirigera la liste Les Républicains (LR) sur l’ensemble du futur territoire : 13 départements ! Avec lui, derrière lui, nous voilà désormais en ordre de bataille. Parmi les têtes de liste, Dominique Reynié devrait être le seul homme « neuf » dans ce scrutin. Il est à mes yeux le mieux placé pour gérer notre futur territoire, de par son parcours professionnel qui lui a permis de décrypter le fonctionnement de la machine politique à tous les niveaux de la société, de par son réseau de connaissances, de par sa maitrise du terrain et des débats au cœur des politiques publiques. Oui, je lui fais confiance. Et c’est d’ailleurs pour cela que j’ai accepté, sans hésiter, d’être son référent en Pays catalan. Je connais son réalisme économique, son approche des filières d’avenir, du numérique ou de la transition énergique, où il ira chercher une partie de la croissance pour faire de notre futur territoire le terreau et le climat dont nous avons besoin : un modèle ! Preuve qu’avec lui la trajectoire est bonne : entre deux sondages – celui du journal Midi Libre et, la semaine dernière, celui publié par le magazine Valeurs Actuelles – la candidature de Dominique Reynié progresse de 2 points, passant de 23 à 25% des intentions de vote dès le 1er tour. « Jouer le jeu » en soutenant la campagne de Dominique Reynié ouvre à droite de belles perspectives et autorise à un certain optimisme. Voilà pourquoi « J’y crois » !

Voir les commentaires