Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Daniel Guichard, un cœur gros comme ça !

28 Octobre 2015, 17:04pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Ce mercredi 28 octobre 2015, en fin de matinée, j’ai reçu dans mon bureau à l’Agglo l’artiste Daniel Guichard, accompagné par son ami Dominique Schemla, vice-président de Perpignan Méditerranée et élu de la Ville en charge du Développement durable et des Energies renouvelables. Les deux hommes se connaissent très bien et se sont souvent retrouvés autour d’actions caritatives. Le plus jeune des 7 enfants de Daniel Guichard, Raphaël, poursuit ses études à l’Institut de Développement et d’Enseignement Multimédia (IDEM) du Soler. En peu de temps, grâce au sénateur François Calvet, maire du Soler, cette école des métiers créatifs s’est taillée une solide renommée et réputation à l’international, entre Barcelone et Montpellier. Venant à la rencontre de son fils depuis Sauvian, près de Béziers, où il s’est installé depuis la fin des années 80, Daniel Guichard en a profité pour me rendre une visite, en compagnie de Dominique Schemla. Nous avons pu échanger autour de divers sujets de société que nous avons en commun et en partage. J’en ai profité pour le féliciter pour ses engagements solidaires et sa vision humanitaire s’agissant des « blessés » de la vie. Il répond toujours « présent » quand on l’appelle, il est toujours disponible pour mener un combat contre la maladie et les injustices. Daniel Guichard, avant la sortie prochaine du DVD de sa tournée entamée au tout-début de l’année, m’a confié qu’il aurait pu être « Citoyen de Perpignan… Lorsque j’ai décidé de venir vivre dans le sud, j’ai d’abord atterri à Perpignan – son épouse, rencontrée entre Karachi et Pékin, était alors hôtesse de l’air sur Air France – où la qualité de l’ensoleillement, du climat et l’environnement naturel m’ont immédiatement séduit. Puis, après avoir fait un saut de puce jusqu’à Narbonne, c’est finalement à Béziers, suivant l’invitation d’un pote, que nous avons décidé de poser nos bagages et de les ouvrir. Cela fait maintenant vingt-sept ans… ». Mais il a aussitôt ajouté qu’il n’est « jamais trop loin de Perpignan ! ».
Daniel Guichard, un cœur gros comme ça !
Daniel Guichard, un cœur gros comme ça !

Voir les commentaires

A propos du quota des logements sociaux…

28 Octobre 2015, 15:15pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Dans cette politique de pénalité des villes qui, soi-disant, n’ont pas assez de logements sociaux, j’y vois encore une manœuvre politicienne pré-électorale (avec dans le viseur du Premier ministre les prochaines élections régionales), car on ne pointe du doigt  que les villes où les maires sont de droite, alors que l’on omet les villes dirigées par la gauche et dont l’impact le plus symbolique dans notre région concerne certainement la commune audoise de Gruissan, qui n’est pas citée alors qu’elle est carencée… Il est vrai que le maire de Gruissan est candidat aux élections régionales, sur la liste PS-PRG…
Le défaut d’analyse du gouvernement sur le sujet provient du fait que l’Etat ne comptabilise pas dans son quota des 20% des logements qui pourraient entrer dans cette catégorie, c’est-à-dire des logements vacants, parfois dégradés, et qui justement pourraient être réhabilités en logements sociaux.
Une véritable approche économique de cette situation permettrait de réhabiliter  et de requalifier dans les cœurs de ville des logements sociaux de bonne qualité, et le quota de 20% serait plus facilement atteint. J’en suis convaincu.

Voir les commentaires

Perpignan dans le TOP 10 des villes où il fait bon travailler !

27 Octobre 2015, 16:30pm

Publié par Jean-Marc Pujol

L’Institut Great place to work, qui établit chaque année le palmarès des entreprises où il fait bon travailler, a réalisé une étude sur l’attractivité des principales villes françaises, en matière de bien-être au travail. Pour la première fois, Perpignan se place à la 7ème place de ce top 10 :
1/ BORDEAUX (choisie par 39%)
2/ TOULOUSE (31%)
3/ MONTPELLIER (27%)
4/ NANTES (24%)
5/ AIX-EN-PROVENCE (23%)
6/ LYON (21%)
7/ PERPIGNAN (19%)
8/ PARIS (17%)
9/ RENNES (17%)
10/ NICE (15%)
Parmi les critères qui entrent dans ce classement : les Français associent le bien-être à travailler dans une ville à leur équilibre personnel. C’est même primordial pour 14% d’entre eux. D’autres facteurs entrent en jeu : les Français réfléchissent de manière très concrète à leur logement (le coût de l’immobilier et la qualité de leur logement est cité par 23% d’entre eux - dont 8% en font leur critère principal) ; les infrastructures (gare, aéroport, axes routiers) et leur accessibilité sont également cités dans 17% des cas… L’importance de l’organisation et de l’aménagement du territoire sont bien évidemment primordiaux.
Dans mes fonctions d’élu, j’ai toujours mis en avant les entreprises, les socio-professionnels, la vie économique : il faut accompagner la formation, faciliter l’installation, transformer les conditions d’exercice des professionnels, quels qu’ils soient, et investir sur tout le territoire. S’adossant à la métropole, la future communauté urbaine doit être justement à cet égard un outil privilégié pour l’épanouissement de chacun, dans sa vie familiale, dans sa vie professionnelle, dans sa vie au quotidien. Perpignan Méditerranée a tout à y gagner. La preuve…

Voir les commentaires

Le combat des avocats est juste

27 Octobre 2015, 14:57pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Le conflit qui oppose les avocats à la Chancellerie vient d’entrer dans sa troisième semaine. Il ne faiblit pas. J’ai déjà eu l’occasion, à partir de mon blog, de soutenir l’action des avocats, qu’il s’agisse des discussions portant sur l’aide juridictionnelle ou sur le calcul de leur rémunération. J’ai condamné sans la moindre ambiguïté la violence que certains d’entre eux ont eu à subir alors qu’ils manifestaient pacifiquement devant leur Palais de Justice. Cela faisait des mois qu’un tel conflit couvait, que la défiance s’était installée entre les avocats et la ministre de la Justice Garde des Sceaux, contre la réforme annoncée. Aujourd’hui, la mobilisation est exceptionnelle, de très nombreux barreaux sont mobilisés ou en grève totale. Vent debout contre Mme Taubira, les avocats ne décolèrent pas et, dans ce combat-là, tous les justiciables ne peuvent qu’être à leurs côtés pour les soutenir pleinement, afin que dans la continuité de l’exercice de leur profession, et en toute indépendance de n’importe quel pouvoir, ils puissent garantir l’accès au droit pour tous dans le strict respect de leur déontologie.

Voir les commentaires

Quand nos dirigeants socialistes s’affolent…

22 Octobre 2015, 15:18pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Devant une situation sécuritaire catastrophique et en contradiction avec la politique pénale du gouvernement représentée par la Garde des Sceaux, Mme Taubira, le Premier Ministre s’aperçoit qu’il faut assurer la sécurité dans les transports publics, et donner des pouvoirs aux agents de sécurité de la SNCF… ce que je demande depuis des années pour les forces de Police Municipale de France !
Il me parait nécessaire d’élargir ces pouvoirs de contrôle des identités aux forces de Police Municipale qui ne peuvent agir qu’en flagrant délit, ce qui les expose considérablement. Cette ambiance permissive décalée ne profite qu’aux malfaiteurs, comme nous venons de le constater par le scandale dans la commune de Moirans, avec des délinquants empêchant toute circulation de train pour permettre la libération d’un malfrat…
Au même moment, le gouvernement donnait l’ordre d’intervenir contre des avocats de Lille qui manifestaient pacifiquement, en les brutalisant et en les faisant interpeller. Les Français ne supportent plus cette politique à deux vitesses qui laisse les malfaiteurs agir en toute impunité d’un côté, et qui de l’autre côté moleste des avocats comme cela avait été fait contre des familles manifestant à Paris.
J’exprime toute ma solidarité envers les avocats qui sont un pan essentiel d’une justice du quotidien. Vouloir comme l’a prévu Mme Taubira leur faire payer une partie de l’aide juridictionnelle démontre que ce gouvernement a pour but d’entraver les libertés individuelles dont les avocats sont les premiers défenseurs. Les mêmes méthodes ont été utilisées contre les médecins libéraux. A croire que ce gouvernement socialiste n’a pour objet que de contraindre l’exercice libre d’une activité (commerçant, artisan, agriculteur, chef d’entreprise, profession libérale, etc.-etc.).

Voir les commentaires

Je devrais donc me taire…

22 Octobre 2015, 10:37am

Publié par Jean-Marc Pujol

Le Mouvement des Jeunes Socialistes vient de produire et diffuser dans les médias locaux un communiqué pour le moins édifiant. Ou plutôt consternant et pathétique. Pêle-mêle, le MJS me reproche en gros d’avoir osé exprimer une opinion divergente s’agissant de la cérémonie inaugurale du Mémorial du Camp de Rivesaltes, à Salses-le-Château, vendredi dernier. Je devrais donc me taire… pour les satisfaire. Je n’aurai pas le droit de raconter ma propre histoire. C’est là une drôle de conception de la Démocratie et de ses valeurs républicaines. Mais les Jeunes Socialistes des P-O n’en sont plus, me concernant, à une contradiction près : alors que j’interdisais le spectacle de Dieudonné à Perpignan, « pour menace sérieuse de trouble à l’ordre public », motivée par « des propos négationnistes, racistes et antisémites (…) », le MJS prenait parti pour Dieudonné… Dans le même temps, le ministre de l’Intérieur de l’époque, un certain Manuel Valls, socialiste, m’apportait son soutien, disant ne plus vouloir « laisser les maires seuls (…), ils ont besoin de s’appuyer sur une démarche claire de l’Etat ». Visiblement, les socialistes, dès leur plus jeune âge en l’occurrence, ont perdu le sens du dialogue : que ce soit sur le plan social, culturel… ou politique. Donneurs de leçons comme leurs aînés, ils font aussi fi de la tolérance… Avec tant de murs dans leurs têtes, il y a peu d’espoir qu’avec eux la République, l’Histoire de France, retrouve un jour ses repères. Cerise sur le gâteau, les Jeunes Socialistes vont jusqu’à m’interpeller : « Vous dîtes que c’était – l’inauguration du Mémorial – l’occasion de rassembler, mais fédérez-vous la population à Perpignan ? (…) ». Les dernières élections municipales à Perpignan ont apporté une réponse claire, nette et précise à cette interrogation ; au soir du 1er tour, les Socialistes ont « fédéré » 4 497 électeurs, soit moins de 12% des suffrages exprimés… Le MJS serait mieux inspiré de coller au plus près de la réalité et ne pas se borner à la commenter, au risque, comme c’est le cas ici, de tomber dans le parti pris de la fiction, de la caricature et, malheureusement, d’un sectarisme inquiétant.

Voir les commentaires

Mémorial de Rivesaltes… Je ne suis plus le seul à m’indigner !

21 Octobre 2015, 15:21pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Depuis l’inauguration, vendredi dernier, du Mémorial du Camp de Rivesaltes, à Salses-le-Château, il ne se passe pas un jour sans que la presse locale ne relate une absence mémorable quant aux personnes qui ont été « oubliées », éloignées, refoulées à l’entrée le jour de l’arrivée des Officiels. Hier, il s’agissait du vice-président de l’association Gitan de France, aujourd’hui on apprend que c’est un ancien interné du camp qui s’est vu refuser l’accès, etc.-etc. Des témoignages en ce sens, hélas, affluent au quotidien. Je sais bien que dans ce genre de cérémonie, organisée sous haute tension en fonction des personnalités attendues ainsi que du nombre d’invités, personne n’est à l’abri de critiques, de « couacs », mais là… Alors que c’était l’occasion idéale pour fédérer, rassembler, unir, certains parmi les organisateurs ont accumulé les fautes, donnant l’impression insupportable d’avoir voulu exploiter cet événement pour servir leurs propres objectifs politiques. Occasion manquée. Je constate que je ne suis pas le seul à avoir été pour le moins « éconduit ». Loin de moi, je le répète, l’idée de vouloir polémiquer alors que nous étions tous présents à Salses « pour ne pas oublier ». J’ai juste voulu à partir de mon vécu m’indigner, dénoncer le comportement irresponsable et idéologiquement hiérarchisé de quelques-uns qui, enfermés dans un aveuglement délibéré, ont ce jour-là empêché certains de participer à la naissance d’un lieu de Mémoire qui se veut ouvert à tous. Et accessible pour tous.

Voir les commentaires

Tous Les Républicains avec Dominique Reynié !

21 Octobre 2015, 10:51am

Publié par Jean-Marc Pujol

Il ne se passe pas un jour sans que, dans un média, quelqu’un vienne mettre en doute l’union de tous Les Républicains derrière la candidature de Dominique Reynié, notre chef-de-file aux élections régionales du mois de décembre prochain, pour conquérir la future grande région Languedoc-Roussillon/ Midi-Pyrénées…
Au mois d’avril dernier, lorsque les grands électeurs concernés de Midi Pyrénées et Languedoc Roussillon se sont réunis à Sète, dans l’Hérault, un large consensus s’est fait jour autour de sa candidature. A l’issue du scrutin, le score fut sans appel – et personne ne s’y est trompé - en faveur de Dominique Reynié. Comme dans tout vote, il y a un gagnant, des perdants et forcément des déçus. Que certains expriment leur rancœur, leur différence, une certaine amertume, cela fait partie du jeu politique. Mais les faits sont têtus ! Même au nom d’une quelconque stratégie il n’est jamais sain d’essayer coûte que coûte, vaille que vaille, de faire diversion en occultant la vérité des faits, de vouloir jouer les putschistes en permanence.
Dominique Reynié est à la tête d’une liste qui rassemble à la fois des gens de droite, avec Les Républicains, et des gens du centre, avec l’UDI. Il  a été pleinement et démocratiquement investi à ce poste et dans ce rôle, n’en déplaise à celles et ceux qui essaient, vainement, de discréditer sa personne, son honneur et sa candidature en le disant inéligible un jour, illégitime le lendemain. Tout cela est faux bien évidemment. Je peux assurer que nous sommes tous Les Républicains à ses côtés ! C’est d’ailleurs en conjuguant nos énergies que nous réussirons à relever le grand défi de la gouvernance qui nous attend.

Voir les commentaires

Un entre-soi préélectoral peu républicain

16 Octobre 2015, 20:03pm

Publié par Jean-Marc Pujol

L’inauguration du Mémorial de Rivesaltes pouvait être l’occasion de rassembler les mémoires et d’atténuer les souffrances des victimes. Ce fût une ode à la gloire de la Région, du Département et de l’Etat, sans oublier les habituelles litanies hagiographiques de ceux qui ont dépensé des millions d’euros des contribuables pour graver leurs noms dans la pierre du bâtiment, à la place des victimes. Un quarteron de ministres en majesté dont l’un d’entre eux, après s’être incliné en Algérie devant les massacreurs de harkis, a l’outrecuidance toute honte bue de venir saluer les victimes. Bien sûr repas privé, fleurissement et visite privés avec les manants tenus à l’écart pendant de longues heures ont permis à cette aristocratie de caste, dont le parti socialiste est friand, de s’auto-congratuler. Le Maire de Perpignan, Président de la Communauté d'Agglomération Perpignan Méditerranée, n’était pas invité à ces agapes, certainement pour lui faire payer son soutien permanent et répété aux harkis et aux victimes de tous les exils, dont les Républicains. Mais la mémoire de mon grand-père accueillant les Républicains en 1939, celle de mon père engagé contre les Nazis à 17 ans et demi et pour la défense des harkis en Algérie, me permettent de conserver mon sang froid devant ces mémoires bafouées. Celles des victimes du camp de Rivesaltes et de ceux qui les ont insultés en 1939 et en 1962, et qui se trouvaient parmi les personnalités oubliant le pacte germano-soviétique et les « harkis à la mer ».  Alors, cela aurait pu être un grand moment de réconciliation des mémoires et Monsieur le Premier Ministre aurait pu, au nom du gouvernement, dire pardon aux victimes. Pardon aux Républicains pour les avoir abandonnés en 1936. Pardon aux harkis d’avoir voulu les rejeter à la mer. Mais ce pardon est englouti dans les mensonges de la raison d’Etat de ceux qui pouvaient tout faire à l’époque et qui n’ont rien fait. Certes, ils appartenaient comme lui au Parti socialiste. Relégué au milieu de la foule, loin des lumières, j’appréciais simplement cette magnifique architecture du malheur et de l’oubli que l’architecte a su faire ressentir. Ce lieu prête à la réflexion, il entrevoit la vérité sur les malheurs de l’exil et du déracinement. Il méritait que l’on parle de ces hommes et de ces femmes et que l’on ne parle que d’eux.

Voir les commentaires

Pauvre Monsieur Lavrilleux !

16 Octobre 2015, 17:59pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Jérôme Lavrilleux n’a rien vu. Il n’a bien sûr rien entendu. Et pourtant, il était directeur-adjoint de la campagne d’un candidat à la Présidence de la République… Il a quand même accepté l’investiture pour être député européen, ce qui lui permet de vivre confortablement ses états d’âme dans de bonnes conditions. Il est vrai que le pouvoir rend fou, et que le pouvoir absolu rend fou absolument ! Alors , M. Lavrilleux, soit vous avez cautionné des dépassements, sans les dénoncer, soit vous ne les avez pas vus ? Mon métier d’avocat fiscaliste m’a vite permis de comprendre que le non-dit et les mensonges ne pouvaient qu’entraîner le discrédit. Alors, M. Lavrilleux, choisissez entre incompétence et aveuglement, mais une seule question mérite réponse : « Qui a bénéficié des surfacturations considérables de la société Bygmalion, et où cet argent est-il arrivé en définitive en contributeur par ses dons à la campagne de Nicolas Sarkozy ? ».

Voir les commentaires

1 2 > >>