Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

En renonçant à la révision constitutionnelle, François Hollande enterre le temps des réformes

31 Mars 2016, 08:49am

Publié par Jean-Marc Pujol

Farce tragique, fiasco, cagade, débâcle, bérézina, revers, désastre, échec, flop… : les éditorialistes, toutes tendances confondues, s’en donnent à cœur joie, ce jeudi matin – veille d’un 1er avril ! – à longueur de colonnes de journaux et d’antennes de télévision, sans oublier les micros des radios, pour dénoncer, voire ridiculiser, les propos du Président de la République qui a enterré hier à la mi-journée la révision constitutionnelle… sa propre réforme !, faut-il le rappeler ?

Quatre mois après le fameux Congrès de Versailles, où il avait été pourtant applaudi par la quasi-totalité des parlementaires pour son discours soi-disant « historique », François Hollande s’abandonne en rase campagne. Quatre mois aussi de débats agités, enflammés, controversés par de violentes passe d’armes verbales dans son propre camp politique. Quatre mois qui ont vu les « frondeurs » se renforcer sur son aile gauche, qui ont mené au sacrifice d’une ministre – et non la moindre, puisqu’il s’agit de la Garde des Sceaux Christiane Taubira, l’amie – qui ont « franchouillardiser » la société française dans des polémiques inouïes, à partir de déclarations étonnantes venues de tous bords…  Et pendant ce temps : le chômage de masse, la décroissance économique, la précarité, divers dysfonctionnements ont continué leur chemin, paisiblement, tranquillement.

Et le pays attend toujours les réformes promises ! Redouter le pire ne sert qu’à attirer son attention.  « La vie, ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre à danser sous la pluie » (Sénèque).

Voir les commentaires

Pas de hausse des impôts pour Perpignan en 2016 !

30 Mars 2016, 09:45am

Publié par Jean-Marc Pujol

Les taux des trois taxes locales seront les mêmes que celles de 2015. Je m’y étais engagé pendant la campagne des élections municipales de 2014 : promesse tenue ! Je suis conscient que ce choix, assumé par l’ensemble de la Majorité municipale, exige de notre part un gros effort de maîtrise de nos dépenses de fonctionnement, je m’y attellerai personnellement, et ce tout en maintenant l’action de la Ville dans les divers secteurs d’investissement qui composent le quotidien des Perpignanaises et des Perpignanais , à savoir : le développement de l’économie locale, l’embellissement et l’animation de la cité, la réalisation de travaux.
Cette non-augmentation de la fiscalité locale se poursuit depuis plusieurs années, certes, mais elle intervient dans un moment crucial puisque nous subissons en parallèle le contre coup des baisses des dotations de l’Etat : -26 millions d’€uros sur 4 ans, comme l’a rappelé hier l’adjoint aux Finances de la Ville, Romain Grau, lors de la présentation aux médias des grandes lignes budgétaires municipales pour l’année en cours. Je le répète, cela ne doit pas nous empêcher de maintenir le rythme pour accélérer l’innovation et la compétitivité de notre territoire. En faisant « avec », ou plutôt « sans », je m’engage à poursuivre dans notre rôle « d’activateur ». Il faudra améliorer les recettes qui fonctionnent, être créatif dans des projets d’aménagement majeurs qui vont conditionner notre avenir, garder le cap que nous avons fixé jusqu’en 2020, tout en tenant compte de la réalité financière que nous impose l’Etat par son désengagement.
 
Pas de hausse des impôts pour Perpignan en 2016 !

Voir les commentaires

Egypte, Irak, Kenya, Ouganda, Syrie, Yémen… Pakistan : le calvaire des chrétiens se poursuit

29 Mars 2016, 15:46pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Au moins 72 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide qui a touché la ville de Lahore, dans l’Est du Pakistan, près de 340 autres ont été blessées… L’attentat a eu lieu dimanche 27 mars 2016, dans un parc très fréquenté, Gulshan-e-Iqbal, où des chrétiens célébraient la Pâques.
Entre enlèvements et assassinats, entre terrorisme et attentats à la voiture piégée : la situation des chrétiens s’est fortement dégradée dans certains pays musulmans au cours de la décennie. Chaque jour davantage, l’Etat Islamique, qui voudrait nous entraîner dans une guerre des religions, montre un visage effroyable, terrifiant, monstrueux, accumulant les scènes d’horreur, d’exactions : des chrétiens empoisonnés, égorgés, poignardés, massacrés…  en Syrie, en Irak, au Yémen, certes, mais pas uniquement dans des pays en guerre, puisque le même constat concerne l’Egypte, le Kenya, ou encore l’Ouganda…
Dans ces pays-là, et ce n’est pas peu dire, l’avenir des chrétiens est en sursis. Pourtant, pendant des siècles et des siècles, chrétiens et musulmans y ont vécu côte-à-côte, solidaires et en famille, dans le credo de la cohabitation, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. C’est ce chemin du cœur que Daesh espère définitivement détruire, enterrer, en (nous) dressant les uns contre les autres, en (nous) imposant un sentiment viscéral d’aliénation, de haine et de peur. Nous devons résister en continuant de nous indigner, en dénonçant haut et fort ces crimes contre des territoires et leurs populations, ces oppressions contre une religion, une façon de penser et une manière de « vivre-ensemble ». Nous sommes la Vie, Daesh est la mort !

Voir les commentaires

En direct de nos « pépinières »

24 Mars 2016, 10:06am

Publié par Jean-Marc Pujol

Cinq nouveaux dossiers seront examinés, le 15 avril prochain, lors de la réunion mensuelle du Comité de sélection des « pépinières » de la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM). Il s’agit d’entreprises qui ont candidaté pour s’installer dans l’une des Zone d’Activités Economiques (ZAE) de PMM. Entre entreprises qui s’enracinent, entreprises qui s’agrandissent et entreprises qui s’installent, l’attractivité de notre collectivité territoriale au plan de l’action et du développement économiques ne cesse de croître. Dans une période compliquée et complexe, où la concurrence est particulièrement âpre, il est bon de l’affirmer, car derrière chaque nouvelle implantation il y a de l’emploi qui sort aussi de terre. PMM dispose actuellement de 36 hectares entièrement viabilisés, disponibles immédiatement, faciles d’accès, pour l’installation d’entreprises. C’est là un atout supplémentaire pour accélérer l’innovation et la compétitivité de notre territoire.

Voir les commentaires

« Ma Belgique »

22 Mars 2016, 16:53pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Pour moi, la Belgique, c’est de la poésie, des sketchs comiques, des plaisanteries sur tout et sur tous, une liberté de tons, une histoire de chats hallucinante, c’est du folk, c’est du chocolat… C’est des artistes talentueux, c’est un Art, c’est une littérature à lire sans modération, c’est un formidable morceau de tolérance… C’est un cœur qui bat dans un contexte où il fait bon vivre, c’est un vivier de talents, c’est un carrefour des cultures… C’est « LE » Centre de l’Europe ! Evidemment.
Aussi, quand sa capitale Bruxelles est meurtrie, touchée à son tour par le fanatisme du terrorisme, ce n’est pas qu’un pays, qu’un royaume, qu’une nation, qu’un peuple, qui pleurent, c’est également tout un continent, tout un pan de notre histoire commune qui sont touchés, blessés… La menace djihadiste est passée à l’action ce mardi 22 mars 2016, au petit matin, inscrivant dans le marbre des villes universelles endeuillées par la folie meurtrière des hommes le nom de Bruxelles, qui rejoint désormais New-York, Madrid, Londres, Moscou, Paris, Bamako, Istanbul… Quand cela s’arrêtera-t-il ? Nos valeurs nous permettront de vaincre ce nouveau totalitarisme comme elles nous ont permis de vaincre les deux totalitarismes du 20ème siècle. 
Que les nombreux belges installés en Roussillon – c’est l’une des communautés européennes parmi les plus importantes – trouvent ici, dans ces quelques mots, le réconfort, le soutien et la solidarité que je tenais à leur exprimer dans ce moment difficile au nom de tous les habitants de notre Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole. Je m'incline devant les victimes et leurs familles. 

Voir les commentaires

Le coût (pour la collectivité) des caillassages de bus

22 Mars 2016, 15:27pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Le coût (pour la collectivité) des caillassages de bus
En 2015, à partir de 165 constats dressés, nous avons relevé sur le réseau de la CTPM (Compagnie des Transports Perpignan Méditerranée) une augmentation, par rapport à l’année précédente (2014), de 70% des « faits d’incivilité » (insultes et menaces, jet de projectiles, dégradation matérielle volontaire, violences physiques, crachat, ébriété, animaux ou bagages non tolérés, comportements divers, décompression des portes, verbalisation de véhicules gênants…). Concernant plus particulièrement les jets de projectiles sur les véhicules – plus communément appelés « caillassages » - il faut savoir que bon an mal ils coûtent à notre collectivité territoriale quelque 20 000€ (2 500€ en moyenne par vitre brisée)… Les seuls incidents du mois de novembre dernier, dont la presse s’est largement fait l’écho, ont pesé pour 6 000€ dans cette facture.
Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) a mis en œuvre de nombreuses actions pour tenter d’enrayer ce phénomène. Je félicite d’ailleurs le vice-président en charge des Mobilités au sein de la Communauté Urbaine, Daniel Mach, ainsi que tous les agents concernés par cette compétence communautaire, pour leur mobilisation quotidienne. Je salue leur travail, complexe et difficile, car je sais qu’ils mettent tout en œuvre pour resituer les quartiers victimes de ces agressions contre des chauffeurs et leur matériel professionnel, dans le territoire de vie de PMM. Ils sont sur le terrain en permanence pour garder le lien social, dont les transports en commun constituent un équipement majeur.
Il faut aussi savoir se projeter pour apporter des réponses adaptées. C’est ce qui se fait avec la signature d’une Convention Locale de Sécurité (CLS) entre PMM (via notre délégataire Vectalia) et Mme la Préfète, M. le Procureur de la République, M. le Colonel Commandant du Groupement de Gendarmerie des P-O, M. le directeur départemental de la Sécurité publique des P-O et la Ville de Perpignan. Cette convention donne lieu à des réunions mensuelles entre services, elle a déjà permis de mettre en place des actions coordonnées entre les forces de police et le transporteur. Désormais, à chaque incident, PMM dépose plainte et se constitue partie civile à chaque fois qu’un caillasseur est identifié. L’ensemble des véhicules affectés aux lignes régulières ainsi qu’une dizaine de services scolaires ont été équipés de caméras de vidéo-surveillance (soit près de 250 équipements déployés). Des opérations « coup de poing » sont régulièrement menées sur le réseau en partenariat avec les forces de l’ordre… PMM vient de déposer un dossier auprès de la Préfecture pour obtenir la mise à disposition « d’adultes relais » dans les bus. Il s’agit de médiateurs issus des quartiers dont le rôle principal est de prévenir et d’aider à la résolution des conflits par la médiation et le dialogue, notamment vis-à-vis des publics jeunes, mineurs ou majeurs, qui perturbent le bon fonctionnement des services… Enfin, s’agissant plus spécifiquement du transport scolaire, deux élèves ont été exclus définitivement en raison de faits graves (deux autres le seront également probablement dans les prochains jours).
Chacun pourra le constater, c’est là un sujet qui nous tient particulièrement à cœur. Nous ne baisserons jamais ni les bras ni la garde, car c’est là un terrain prioritaire dans une phase protocolaire qui doit nous permettre en effet d’approfondir la connaissance territoriale, nécessaire à la détermination des grandes orientations stratégiques, qu’elles soient sociales, économiques, culturelles ou urbaines. Mais je le répète, comme Daniel Mach et ses équipes ne cessent de le marteler sur le terrain : rien ne pourra aboutir, rien ne pourra réussir, sans l’accompagnement des familles qui ont là un rôle primordial à jouer dans l’éducation de leurs enfants. Elles sont l’une des clés du succès de nos initiatives pour améliorer le « Vivre Ensemble » !

Voir les commentaires

Pour moi aussi, c’est Pyrénées Méditerranée !

21 Mars 2016, 16:42pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Il y a plusieurs mois, sur ce blog, j’annonçais déjà la couleur : « Pyrénées Méditerranée », comme nom à la nouvelle Grande Région née de la fusion entre Languedoc-Roussillon et Midi Pyrénées. Merveilleusement et stratégiquement bien situés entre Mer (Méditerranée) et Montagne (des Pyrénées), nous avons la chance de vivre sur un territoire bordé et auréolé par des sites naturels connus dans (presque) le monde entier. A l’évidence, au cœur des turbulences causées par la mondialisation, le nom de notre nouvelle Grande Région doit être beaucoup plus porteur qu’une simple appellation : il doit être un passeport.
« Pyrénées Méditerranée » crée les conditions et les process pour optimiser nos synergies culturelles, environnementales, socio-économiques, au plan terrestre comme au plan maritime. Au moment où tirer parti des nouvelles technologies et du numérique pour optimiser la communication du territoire est essentiel, lui trouver un nom qui claque comme un drapeau, qui brille comme un phare, est un acte majeur. Car c’est aussi de ce nom que dépendra à l’avenir l’importance de l’organisation et de l’aménagement du territoire. Il doit être un atout incontestable pour notre visibilité.
Je suis heureux de constater qu’une belle unanimité émerge dans les terroirs qui composent notre département, qui irriguent notre Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole, surtout dans les milieux économiques ; je pense là à de nombreux chefs d’entreprise qui jour après jour nous apportent leur soutien, à la CCI de Perpignan, à l’UPE’66, à l’Agence de développement économique PMI, à des collectivités locales, à des structures professionnelles…  C’est un bel  élan qui est en train de se dégager pour affirmer « Pyrénées Méditerranée ». Tous les habitants doivent se retrouver avec fierté derrière ce qui demain peut être une « marque » de confiance, un point de repère, un slogan ambitieux, un territoire certainement créatif et solidaire.
Je remercie André Joffre et Jean Bécat, personnalités de renom, qui ont accepté de rejoindre le « Comité du nom » pour nous aider à fédérer notre ambition. Ils donneront encore plus de force à nos convictions, j’en suis convaincu.

Voir les commentaires

19-Mars : se souvenir, pour garder la vérité en mémoire

21 Mars 2016, 12:04pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Les faits, seulement les faits, rien que les faits.
Je me réjouis de constater que ma Lettre ouverte à Monsieur François Hollande Président de la République Française, à propos du choix du 19-Mars comme date officielle pour commémorer la fin de la Guerre d’Algérie, a fait le buzz sur certains blogs et les réseaux sociaux. Entre bons sens, témoignages directs, influences délétères et discussions enflammées, chacun a pu comme on dit « apporter sa pierre à l’édifice » afin de nous éclairer sur nos vérités et nos erreurs. Le débat a eu lieu et il est loin d’être clos.
Je souhaite toutefois remettre les pendules de l’Histoire à l’heure, concernant les propos tenus par diverses personnalités locales…
1/ Concernant M. Nicolas Garcia, responsable départemental du Parti Communiste : il est erroné, pour défendre en vain la date du 19-Mars, de la comparer avec « l’après 8 mai 1945 ». Après le 8 mai 1945, la Seconde Guerre mondiale n’a pas continué en Europe, elle s’est poursuivie dans l’Océan Pacifique, je pense là plus particulièrement aux bombardements atomiques qui ont eu lieu à Hiroshima et Nagasaki. Nous savons tous par ailleurs que M. Nicolas Garcia est très sensible à l’Histoire des Républicains Espagnols ; je lui rappellerai que la Guerre d’Espagne ne s’est pas arrêtée avec la victoire du Général Franco, puisque les Républicains Espagnols ont été victimes d’exécutions bien après… Leur mémoire doit être respectée, comme celle de ceux qui ont été assassinés après le 19 mars 1962.
2/ Concernant Mme Hermeline Malherbe, la présidente socialiste du Département, je l’invite à réviser l’Histoire de France, et non à la revisiter, car après le 8 mai 1945, il n’y a pas eu chez nous de massacres de civils innocents et de militaires, comme hélas cela fut le cas en Algérie après le 19 mars 1962.
3/ Concernant M. Louis Aliot, député européen Front National : on aurait aimé le voir au moment de la création du Centre de Documentation des Français d’Algérie, ou à l’inauguration du « Mur des Disparus » où le FN a brillé par son absence…
Ces trois mises au point me paraissent nécessaires pour oxygéner notre mémoire collective, afin que celle-ci ne dégénère pas en mémoire sélective. Car à force de réagir dans « l’à peu près », on finit par ajuster l’inexactitude en certitude. On peut calculer  « un âge à peu près », mais certainement pas une date historique !

Voir les commentaires

Calce, Cases, Estagel, Montner

18 Mars 2016, 09:20am

Publié par Jean-Marc Pujol

Le 24 mars prochain, à l’occasion de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, la ministre de l’Environnement remettra le label « Terre Saine Communes sans pesticides » aux 110 premières communes françaises engagées dans ce label : 35 communes du Languedoc-Roussillon en font partie, 4 sont situées sur le territoire de la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole : Calce, Cases-de-Pène, Estagel et Montner.
Je tiens à féliciter les élus, les populations et les personnels engagés dans ce combat environnemental essentiel. Sensibiliser producteurs, prescripteurs et consommateurs pour juguler les actions conduites « à la source » est un défi permanent. Parmi les 36 communes de notre espace territorial, je sais que d’autres viendront allonger cette liste, parce que je connais leur degré d’implication afin de développer une vraie démarche préventive, pour à l’avenir améliorer conséquemment la situation. Cette démarche relève de la responsabilité de tous, nous devons tous être mobilisés, engagés, pour dans ce domaine en particulier améliorer les performances des services urbains et la qualité de vie sur Perpignan Méditerranée Métropole.

Voir les commentaires

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République Française

17 Mars 2016, 09:14am

Publié par Jean-Marc Pujol

Seule la Vérité peut affronter l’Injustice…
Monsieur le Président de la République Française,
En choisissant de commémorer le 19 mars 1962, vous commettez une double forfaiture.
Morale d’abord, car vous oubliez les victimes civiles et militaires de « l’après 19-mars » : les assassinats perpétrés par les combattants du FLN contre les harkis, les enlèvements d’innocents… et les massacres du 5 juillet 1962 à Oran.
Pensant, ce 19 mars, immortaliser le début du processus de « paix », marquer la fin officielle du conflit, en vérité votre geste vient cautionner les couteaux des bourreaux, vous érigez en date historique un grand moment de trahison..
Ainsi, vous insultez tous ceux, militaires et civils, qui sont tombés pour que vive la France dans ce qui était alors un département de la République Française : l’Algérie.
Votre démarche vient surtout mépriser le million de Français d’Algérie qui a dû quitter son pays dans un exode sans retour et des blessures irréversibles  issues de cette injustice d’Etat.
Historique ensuite, car vous savez pertinemment que la Guerre d’Algérie ne s’est pas arrêtée le 19 mars 1962, qu’à partir de ce jour-là le cessez-le-feu n’a jamais été respecté par le FLN et ses complices qui ont continué leur folie meurtrière bien après cette date, rompant ouvertement le cessez-le-feu.
Vous savez également que de nombreuses études d’Historiens – dont l’objectivité ne peut pas être mise en doute – démontrent que des dizaines de milliers de personnes ont été les premières victimes, dont les harkis (entre 50 000 et 60 000 morts).
Enfin, vous n’êtes pas sans ignorer le rôle joué, à cette époque, par les socialistes et les gaullistes, dans cet abandon de populations fidèles à la France, de « L’Algérie c’est la France » (de François Mitterrand) au fameux « Je vous ai compris » (du Général De Gaulle), sacrifiées littéralement d’un trait de plume.
Mais tout cela – la morale, la vérité – il y a longtemps que vous semblez vous en être éloigné… pour essayer d’en tirer des arrangements politiciens du 1er secrétaire fédéral du Parti Socialiste que vous êtes resté, en pensant par votre participation à cette honteuse date du 19 mars élargir votre base électorale ?
Alors, Monsieur le Président de la République Française, s’il vous reste un minimum de conscience morale, refusez de participer à cette commémoration, ou plutôt à cette « mascarade », car si vous le faites les mémoires des victimes assassinées, celles des nombreux disparus, celles des harkis massacrés, vous poursuivront à jamais.
Rappelez-vous ces mots d’Albert Camus : « Je veux combattre pour la justice non pour la pénitence des uns et la vengeance des autres ».
Alors, Monsieur le Président de la République Francaise, rendez justice aux victimes, aux harkis, aux pieds noirs, qui sont tombés après le 19 mars 1962…

Voir les commentaires

1 2 3 > >>