Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Attaque terroriste à Barcelone

17 Août 2017, 18:37pm

Publié par Jean-Marc Pujol

 
À la suite de l'attaque terroriste qui a eu lieu à Barcelone, Je tiens au nom des Perpignanais et des habitants de la Catalogne du nord à apporter mon entier soutien aux Espagnols et aux catalans en particulier aux Barcelonais victimes ce jeudi 17 août 2017 d'une attaque terroriste.
Les liens forts qui unissent les Catalans des deux côtés des Pyrénées nous obligent à être tous ce soir Barcelonais, à avoir une pensée pour cette Ville, Barcelone, et ses habitants qui nos freres, notre famille, nos amis de Coeur et de sang et avec lesquels nous entretenons un quotidien intense, fait de fraternité et de générosité. Ce soir, plus encore, nous sommes tous solidaires de Barcelone

Voir les commentaires

Si Dali était là…

7 Août 2017, 15:25pm

Publié par Jean-Marc Pujol

L’autre matin, en traversant la gare de Perpignan, j’ai immédiatement eu une pensée pour l’artiste-peintre catalan et grand maître du Surréalisme, Salvador Dali. Je me suis dit que s’il avait été encore des nôtres, présent notamment à Perpignan, il aurait été comblé de voir combien il avait eu raison plus d’un demi-siècle avant tout le monde – devins, cartomanciennes et lecteurs de marc-de-café compris - de déclarer « Perpignan, centre du monde » ! C’était le 27 août 1965, à l’issue de son voyage triomphal, de Céret à Perpignan, ville qu’il a traversé en calèche avec son épouse Gala.
C’est dans cette même gare de Perpignan, en cette belle période estivale, que j’ai rencontré le monde entier, sortant d’un TGV Paris-Barcelone, ou sautant d’un TER à un autre en provenance d’Avignon ou de Toulouse, pour rejoindre Collioure ou Villefranche-de-Conflent, entre autres destinations sous les couleurs ensoleillées du Roussillon. Il y avait là un duo de musiciens italien, un groupe de jeunes gens venu des Pays-Bas, plusieurs chefs d’entreprise sud-coréens, un vigneron sud-africain, des Brésiliens, des Russes…
Dali ne s’était donc pas trompé ! Le « centre du monde » porte bien son nom. D’ailleurs, et c’est peut-être là le plus bel hommage qu’on puisse lui rendre, il y avait même ce matin-là un cycliste voyageant en solitaire (et à son rythme) pour aller de Genève à Séville, qui a improvisé une étape dans la gare juste en entendant le nom de… Perpignan. L’anecdote m’a été contée par un employé du site. Merci M. Dali d’avoir ainsi internationalisé l’image de Perpignan et d’avoir participé de fait à la mondialisation de sa renommée.

Voir les commentaires

Injuste et dangereux.

4 Août 2017, 09:54am

Publié par Jean-Marc Pujol

En supprimant par décret une enveloppe de crédits d’un montant de 300 millions d’euros, le Président de la République prescrit aux collectivités locales une cure de rigueur particulièrement injuste et dangereuse.
Cette mesure est injuste parce qu’elle met les territoires au pied du mur, sans aucune explication de texte, sans aucune possibilité de dialogue entre le pouvoir central et les élus « de proximité », sachant que l’époque réclame pourtant de privilégier la concertation, la consultation, la communication. Tous les citoyens le souhaitent, l’expriment quotidiennement sur les réseaux sociaux, les blogs. Qui mieux que les élus locaux peuvent faire ce lien ?
Cette mesure est également dangereuse car elle menace directement l’équilibre des territoires, par le signal qu’elle (r)envoie dans l’opinion publique, chez les décideurs, les décisionnaires, les usagers des services publics. En poursuivant la baisse des dotations impulsée par son prédécesseur, qui se traduit donc par un désengagement de l’Etat, Emmanuel MACRON met à mal les collectivités locales et territoriales. Car ce coup de rabot aura immanquablement de graves conséquences sur les investissement programmés, voire engagés !, par certaines communes qui vont devoir se serrer la ceinture, certes, mais pire encore : abandonner des projets pourtant vitaux pour leur développement. Les maires, les présidents d’intercommunalités, vont devoir faire des arbitrages en cette période de crise profonde : ils vont surtout devoir – avec de moins en moins de moyens – lutter contre le déclassement de leur territoire, car le risque est bien là : à savoir d’un côté des territoires riches, de l’autre des espaces « oubliés » de la République.
Mais ce qui m’inquiète le plus dans cette façon de faire, dans la méthode à sens unique du Gouvernement, c’est la perte de confiance qui pourrait naître dans la relation Etat/ collectivités. Une gouvernance, pour être la plus efficace possible, a besoin de moyens et de solidarité à tous les étages.
Le 17 juillet dernier, lors de la Conférence des Territoires, au Sénat, le Président de la République avait tenu à rassurer les élus… Aujourd’hui, il leur confisque 300 millions d’euros.
Que faut-il en conclure ?

Voir les commentaires

Complémentarité.

3 Août 2017, 10:16am

Publié par Jean-Marc Pujol

C’est le mot qui me vient à l’esprit, en cette saison estivale, concernant le territoire Perpignan Méditerranée Métropole (PMM). Jamais, il semblerait, d’après un premier bilan à mi-parcours, au mois de juillet, la ville n’aura connu une telle affluence : dans les spectacles, lors des concerts, aux terrasses de café… et dans les sites culturels, tel que par exemple le nouveau Musée d’Art Hyacinthe Rigaud.
J’emploie le mot « complémentarité » parce que la majorité des spectateurs, des visiteurs, des consommateurs, recensés dans la ville en cette période de l’année, viennent du littoral, où ils résident dans les stations balnéaires : Canet-plage, Port-Barcarès, Torreilles-plage et Sainte-Marie-la-Mer pour ce qui concerne PMM.
Il est évident que bien souvent ce sont les conditions climatiques extrêmes ou peu clémentes – canicule, pluie, vent fort – qui poussent les estivants à déserter les plages pour venir « se réfugier » à Perpignan, le temps d’un shopping, d’une visite dans un haut lieu architectural ou historique, dans une animation correspondant à leurs attentes.
Je salue ici les organisateurs de festivités, d’événements, qui ont su ces dernières années, innover, investir, afin de mettre en place des propositions, des suggestions, qui ont su anticiper pour occuper les touristes confrontés aux caprices de la météo.
Aujourd’hui, le résultat est là. Ou plutôt les résultats sont là, car ils concernent divers secteurs de l’économie touristique. Celle-ci est un outil, un vecteur, de développement, un levier pour l’activité. Il suffit de se donner les moyens pour la « tirer vers le haut », c’est ce que nous essayons de faire avec l’extension du musée Rigaud donc, avec des expositions inédites et spectaculaires comme celle en cours justement au musée Rigaud et consacrée à Pablo Picasso, avec des festivals tel que « Live in Campo Santo » et sa programmation originale des plus audacieuses, etc.-etc.
Aujourd’hui, je le répète, à mi-chemin de la saison, les chiffres sont là, plutôt encourageants, il est bon de le dire, de l’exprimer et de le référencer. Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, toute initiative est bonne à prendre dans la mesure où elle débouche sur « un territoire solidaire »… et forcément complémentaire.

Voir les commentaires