Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Attention « Fake news » !

29 Septembre 2018, 11:00am

Publié par Jean-Marc Pujol

Ce n'est pas en assénant des contre-vérités à longueur de journée que l'élu « Frontiste » M. Xavier BAUDRY arrivera à convaincre les Perpignanaises et les Perpignanais. Car qui est capable de dire un mensonge est susceptible d'en dire cent !
Evoquant le maire de Levallois-Perret, M. BAUDRY annonce sur les réseaux sociaux que « les élus de la Ville de Perpignan avaient augmenté de 600% leurs indemnités »... C'est évidemment faux. Il s'agit là d'une « fake news ».
M. BAUDRY pense être un expert en la matière, lui qui perçoit 100% de ses indemnités d'élus à la Région comme à la Ville. Mais tous les élus perpignanais, lui en déplaise, ne sont pas à mettre dans la même besace que M. BAUDRY. Loin s'en faut. Et c'est tant mieux.
Le maire de Perpignan a lui baissé ses indemnités de 60%... et les autres membres de la Majorité municipale de 20% par rapport à ce que la loi les autorise à percevoir.
M. BAUDRY devrait mieux s'informer avant de balancer n'importe quoi. C'est sa propre crédibilité d'élu qu'il entache en agissant de la sorte. Heureusement que le ridicule ne tue pas !

Voir les commentaires

Consternation, stupéfaction…

27 Septembre 2018, 15:38pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Pour un simple différend à cause de son chien, il semblerait, le propriétaire de l’animal a ce matin mortellement poignardé en pleine rue du centre-ville le responsable de la Police municipale et Directeur général adjoint des services de la Ville de Rodez (Aveyron).

La victime, Pascal Filoé, était père de trois enfants.

Je suis atterré. Ce drame vient une fois de plus nous rappeler l’exposition quotidienne des agents municipaux, quels qu’ils soient, quel que soient leurs grades, à des situations qui peuvent vite basculer, dégénérer. Tout cela est insupportable. Décidément, quelque chose ne tourne plus rond dans notre société. Pour une histoire de muselière à son chien, un individu a décidé d’abattre froidement un autre homme, de briser de manière irréversible une famille.

Le meurtrier était connu des services de Police uniquement pour des délits de droit commun.

Je connais bien l’Aveyron, cette magnifique terre rouergate, et plus particulièrement la ville de Rodez. Je mesure donc encore plus, combien et comment ce jeudi 27 septembre 2018 restera comme une triste date dans la mémoire collective ruthénoise. J’ai immédiatement adressé mes sincères condoléances à la famille de M. Filoé, ainsi qu’à ses proches et à ses collègues de travail,  par un mot de soutien envoyé à Christian Teyssèdre, le maire de Rodez. J’ai appelé des amis à Rodez pour tenter de comprendre l’insoutenable, l’inimaginable. Je sais leur douleur immense, je les imagine inconsolables. Je partage leur douleur.

Voir les commentaires

On ne sait jamais ce qui nous pend au bout du rap…

27 Septembre 2018, 13:29pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Nick CONRAD y est arrivé, enfin… à se faire connaître !
Avec un titre racoleur, inquisiteur, « Pendre Le Blanc », avec un texte-authentique-bréviaire-de-haine qui appelle au meurtre, le voilà désormais confortablement installé par les réseaux sociaux sur la plus haute marche du podium du buzz, grâce à son clip de rap qui fait scandale sur internet.
Certes, il y a encore des « sans neurones » pour lui trouver des excuses : « c’est de la provocation, un point c’est tout » ; « si la fachosphère ne l’avait pas monté en épingle personne en parlerait » ; « c’est de l’humour au second degré, il sait bien qu’on ne pend pas un homme sur sa mine »…
Comment peut-on entendre des gens trouver des circonstances atténuantes à une telle idéologie de violence, à de tels propos insupportables et inquiétants ? Mais dans quel monde vivons-nous ?
Mais, même inconnu, même suivi confidentiellement sur la toile et « liké » par un seul pouce, on n’a pas le droit de tenir, d’illustrer et de diffuser un tel message d’incitation à la haine. Car avec ce rappeur-à-deux-balles nous ne sommes plus dans la bravade ou l’agacerie, nous sommes dans la brutalité totale, dans le « cartel » !
Qu’un auteur distille ses révoltes contre la société en les mettant-en-scène musicalement, nous avons déjà vu cela, mais un tel déchaînement dans l’agressivité et dans l’avilissement de l’Homme, une telle fureur dans les mots et avec les maux ne peut que relever du médical, de la « psy ».
Cela n’empêche pas que la Justice doit passer, car le cas de figure et d’irascibilité qui nous concerne ici est d’une extrême gravité. Il est grand temps de mener une réflexion autour d’internet pour, pourquoi pas, mettre en place un code déontologique de bonne conduite. Comme il existe un CSA pour les chaînes de télévision en France, ne pourrait-on pas imaginer un CSA pour l’Internet ?
Je rappelle que la semaine dernière, ce sont des images d’un viol collectif dans notre région qui ont circulé sur la toile ! Aujourd’hui, c’est un auteur-compositeur-interprète qui vient nous assommer avec un scénario incroyable, inimaginable tellement choquant. Nous n’avons pas oublié le duo infernal des deux rappeurs, Booba et Kaaris, déclenchant une bagarre spectaculaire et détruisant une boutique de duty free à l’aéroport d’Orly… pour faire le buzz ? On raconte même que, depuis cette affaire, pendant leur séjour en prison, les deux rappeurs auraient vendu plus de disques que durant leur carrière… Drôle d’époque, où la communication se fait (et se mesure) proportionnellement à l’envers du talent !

Voir les commentaires

Messieurs les « plumitifs-de-salon », arrêtez de tirer sur les forces de l’ordre !

27 Septembre 2018, 09:47am

Publié par Jean-Marc Pujol

Alors que depuis quelques semaines les « bobos-guignolos » et autres plumitifs-de-salon qui ont table ouverte dans le PAF (Paysage Audiovisuel Français) se succèdent au bout de la lorgnette du petit-écran, ou des réseaux sociaux, pour cracher leur venin sur les forces de l’ordre, je tiens en tant que maire de Perpignan à apporter mon entier soutien aux policiers, aux gendarmes, aux sapeurs-pompiers, à la Justice.
Le dernier (en date) à cracher sur la Police est le chroniqueur-écrivain-réalisateur Yann MOIX qui n’a pas hésité à interpeller sur le plateau de la chaîne C8 deux représentants des forces de l’ordre - venus témoigner de leur quotidien - dans des termes particulièrement grossiers : « La peur au ventre, vous n’avez pas les couilles d’aller dans des endroits dangereux ».
De tels propos abjects mériteraient certes d’être coupés au montage de l’émission (si celle-ci n’est pas diffusée en direct), mais surtout ils doivent être sanctionnés.
Par les temps qui courent, personne, et encore moins un « leader d’opinion médiatique » comme M. MOIX, dont la voix porte dans une certaine partie de la société, n’a le droit de jeter en pâture, de livrer à la vindicte populaire, des policiers qui, quotidiennement, sont confrontés à des menaces, à des agressions physiques, à des intimidations sur leur propres familles, à des scènes « de guerre » même, à des pressions, etc. Agir ainsi est totalement irresponsable.
A Perpignan, et c’est aussi vrai ailleurs je le sais, quoi qu’en dise et quoi qu’en pense M. MOIX, les forces de l’ordre investissent les quartiers les plus sensibles avec les moyens du bord, mais policiers,  gendarmes et sapeurs-pompiers vont au contact des populations pour les rassurer, pour maintenir le lien social. Selon les missions des uns et des autres, ils vont également dans ces secteurs parfois « oubliés » de la République pour traquer les narcotrafiquants, les dealers de tous poils. La tâche est rude, compliquée, difficile, dangereuse. Pas facile de faire un métier – Qui n’est pas un simple « job » ! – où vous êtes accueillis à coups de parpaings, où l’on vous jette des télés et des « frigos » sur la tête depuis certaines barres d’immeubles, quand on ne vous tire pas dessus avec une Kalachnikov !
Oui les temps sont rudes pour les policiers et les militaires engagés dans notre protection, dans le maintien de l’ordre, dans la sécurité des personnes et des biens. Les forces de l’ordre ont besoin d’être encouragées plutôt que salies par des propos ignobles et immondes qui ne font que conforter les voyous dans leur détermination à enflammer la République.
A Perpignan, depuis des semaines, et le journal L’Indépendant s’en fait l’écho régulièrement dans ses pages de faits-divers, de « gros poissons » tombent entre les mailles du filet judiciaire. Aujourd’hui encore, on apprend l’arrestation de l’auteur de coups de feu (9mm) qui au début de l’année avait suscité l’émoi dans le quartier du boulevard Kennedy. Plus de 8 mois d’une enquête minutieuse qui aura  permis au final de neutraliser toute une bande de dealers, entre Béziers et Perpignan. La semaine dernière, d’autres trafiquants évoluant dans la Cité « Les Oiseaux » ont été placés en détention.

Voir les commentaires

Réunion de travail avec la députée Laurence Gayte

19 Septembre 2018, 14:36pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Réunion de travail avec la députée Laurence Gayte
Le vendredi 14 septembre dernier, j’ai reçu à l’Hôtel de Ville la députée Laurence GAYTE.
Nous avons abordé plusieurs sujets concernant le cadre de vie des Perpignanais et l’évolution de certains projets, dont…
 La participation de l’ensemble « Chapelle harmonique » au festival de Musique Sacrée. Né de la réunion d’un chœur et d’un orchestre sur instruments d’époque, l’ensemble « La Chapelle Harmonique » a été fondé par Valentin Tournet en 2017. Son répertoire, centré sur l’œuvre de J.S. Bach, s’étend des polyphonies de la Renaissance au baroque des Lumières. Sa participation au festival de Musique Sacrée de Perpignan serait donc particulièrement saluée et appréciée des festivaliers.
Concernant la situation dans les écoles et la saisine du Ministre de l’Education Nationale à propos des Enseignements de langue et de culture d'origine (ELCO), je lui ai fait part de mon courrier adressé au ministre de l’Education Nationale, Jean-Michel BLANQUER. L’occasion de lui signifier le danger de l’organisation de l’Enseignement des Langues et Cultures d’Origine dans les écoles publiques perpignanaises, arguant du fait que l’ouverture de classe pour ce type d’enseignement peut poser de graves problèmes. Je considère en effet que ce dispositif est de nature à encourager le communautarisme.
A propos de la situation du Plan National de Rénovation Urbaine (PNRU) dans le quartier Saint-Jacques. Les discussions sont toujours en cours, notamment avec les représentants de la communauté gitane. L’état de délabrement de ces immeubles fait encourir un péril aux populations et il convient d’aboutir rapidement à un accord pour la sécurité des habitants et le développement du quartier.
Enfin, sur l’avancement du nouveau Palais de Justice : c’est là un autre sujet au cœur de mes préoccupations. Où en est-on du projet d’avancement du nouveau Palais de Justice, le ministère de la Justice ayant finalement acté pour une extension sur la dalle Arago ?
J’ai ainsi souhaité alerter madame le député sur ces divers sujets en espérant qu’elle pourra relayer ses inquiétudes et interrogations en haut lieu, et qu’une suite pourra leur être rapidement donnée.

Voir les commentaires

Par une belle soirée d’été, une étoile est née…

19 Septembre 2018, 14:15pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Par une belle soirée d’été, une étoile est née…
J’étais hier soir aux côtés d’élus de la Ville et de la Métropole, ainsi que de nombreux amis, dont le compositeur Daniel TOSI, directeur du Conservatoire Perpignan Méditerranée, présent dans cet établissement, situé en centre-ville, pour assister à l’inauguration de l’Agora  « Isaac Albéniz » (du nom du célèbre pianiste et compositeur catalan).
Inscrite dans l’extension et la modernisation des bâtiments du conservatoire à rayonnement régional, cette nouvelle scène en plein air, ouverte au public, sécurisée, permettra à l’avenir aux enseignants et aux élèves dudit Conservatoire de venir se produire, devant les Perpignanais.e.s et de tous les habitant.e.s du territoire, pour animer à n’en pas douter de très belles soirées musicales, chorégraphiques ou théâtrales, par exemple, notamment en périodes estivales. Cet espace de près de 300 m² offre une capacité d’accueil de 230 places assises.
La soirée d’hier a permis au public, entre autres grands moments, de se familiariser avec Lauranne OLIVA, jeune soprano prometteuse, à la voix sublime.
L’arrivée de cette agora dans le patrimoine collectif de la Ville et de la métropole Perpignan Méditerranée (PMM) vient enrichir l’offre culturelle diversifiée et accessible mise en place depuis le début du mandat, en 2014. Le Conservatoire Perpignan Méditerranée s’impose comme un véritable laboratoire musical vivant et ludique, le niveau des enseignements qui y sont prodigués et son rayonnement qui ne cesse de croître auprès de tous les publics en sont les meilleures preuves, s’il en fallait !

Voir les commentaires

Les « Eux C Nou-s » font leur grand retour au… Théâtre municipal

13 Septembre 2018, 06:10am

Publié par Jean-Marc Pujol

Rebaptisé « Nou-s Perpignan » pour l’occasion, le Collectif a décidé de parodier, ou plutôt de caricaturer « le sauvetage du Théâtre municipal Jordi Pere Cerdà ». Sans ces « maîtres-frondeurs-sauveteurs » qui ont un mal fou à sortir des années 1980-90, c’est sûr et certain que notre Théâtre municipal, qu’ils découvrent au détour de leur spectacle, serait tombé en ruines. Evidemment. D’ailleurs, si la municipalité que je préside a décidé d’investir les lieux, c’est bien pour éviter que les comédiens de « Nou-s Perpignan » se prennent les pieds dans le tapis... C’est bien connu de tous, sauf apparemment des « Eux C Nou-s »…
Les travaux que la Ville a entrepris in-situ, l’ont été en parfaite conformité et harmonie avec les services de l’Etat (j’ai des échanges de correspondances avec le DRAC qui en attestent) et la Région. Il s’agit d’améliorer la sécurité et le confort des lieux. Il y avait urgence, car le péril était dans la demeure : l’état du plancher nous en a hélas apporté la preuve dès les premiers coups de pelle. Sans cette décision de réhabiliter l’endroit, de le rénover et, surtout, de le mettre aux normes, il faut le dire : notre Théâtre municipal était condamné à une fermeture définitive.
Depuis que le Théâtre de l’Archipel a été construit, il est devenu le lieu par excellence pour toutes les formes de spectacle vivant. C’est le lieu culturel le plus fréquenté de la ville. C’est surtout un beau succès populaire qui démontre que le pari de miser sur une culture ouverte à tous est un pari gagnant ! Au-delà de son rayonnement national – il est une scène nationale – et transpyrénéen, le Théâtre de l’Archipel incarne absolument notre ambition de conjuguer avec audace patrimoine et modernité. Personne ne peut en douter.
Le Théâtre municipal Jordi Pere Cerdà reste un théâtre. Face à l’évolution issue de la création du Théâtre de l’Archipel, et parce qu’il n’était plus utilisé qu’une quarantaine de jours par an, notre Théâtre municipal devait être réorienté, repositionné dans l’offre artistique et culturelle de Perpignan. L’arrivée, dès cette rentrée universitaire, de 500 étudiants (et 1 400 à court terme) au Campus Mailly, en centre-ville, à deux pas de notre Théâtre municipal Jordi Pere Cerdà, constitue une fantastique opportunité pour relancer l’édifice au travers d’une utilisation « mixte » originale.
Je le répète haut et fort : notre Théâtre municipal reste et restera un théâtre. C’est sa mission originelle et il est hors de question de l’abandonner.
Sa rénovation, sa modernisation – sans ôter les moindres signes qui font son cachet et que nous nous sommes engagés avec l’ABF à conserver – illustrent aussi notre volonté de faire de notre identité, de notre singularité, le moyen de nous ouvrir sur le monde. Nous l’avons prouvé avec le Théâtre de l’Archipel, nous continuerons avec notre Théâtre municipal Jordi Pere Cerdà.

Voir les commentaires

Un médiateur de bus perpignanais… champion du monde !

12 Septembre 2018, 14:11pm

Publié par Jean-Marc Pujol

J’ai reçu ce mercredi 12 septembre en fin de matinée, dans mon bureau de la métropole Perpignan Méditerranée (PMM), le jeune boxeur perpignanais, Hakim HAMECH, 25 ans, médiateur de bus dans les transports en commun métropolitains, assurés par l’entreprise délégataire Sankéo.
Natif de Perpignan, membre du club de boxe de l’avenue Torcatis, Hakim HAMECH était samedi dernier à Shanghaï, en Chine, pour participer au nouvel événement organisé par le One Championship. Opposé au Japonais Yukinori OGASAWARA, le Perpignanais s’est imposé par KO dès le premier round, dans une salle remplie de 10 000 spectateurs. Je vous invite à aller voir sur la toile la vidéo de ce magnifique exploit. Avec ce beau succès de Hakim HAMECH, la France signe là sa première victoire en boxe thaïlandaise au ONE FC.
Au nom des trente-six communes de PMM ainsi que de tous les habitants du territoire, j’ai tenu à féliciter « Hako » dont l’enviable parcours sportif est exemplaire.
C’est incontestablement également avec de tels vainqueurs, avec de si belles réussites, que l’on pourra aussi faire rayonner notre territoire et élargir son attractivité. Rien de mieux, pour cela, que des actes, des performances, des projets et des ambitions. Hakim HAMECH incarne tout cela à la fois. Et en plus : « Fier d’être Perpignanais » !
Un médiateur de bus perpignanais… champion du monde !

Voir les commentaires

Ma rencontre d’hier soir avec Artur Mas

11 Septembre 2018, 10:20am

Publié par Jean-Marc Pujol

Hier en fin d’après-midi, à l’Hôtel Pams, j’ai pu m’entretenir pendant une demi-heure avec Artur MAS, président de la Generalitat de Catalunya à Barcelone (de 2010 à 2016), ancien député au Parlement catalan, invité par Josep PUIGBERT de la Casa de la Generalitat à Perpignan à animer une conférence devant un parterre de personnalités locales, décideurs culturels et économiques.
Lors de cet entretien privé, il a été question évidemment de la situation politique en cours en Catalogne, du fonctionnement des institutions démocratiques en Espagne, du rôle de l’Europe, d’une solution à trouver rapidement et sereinement, bien sûr pacifique, qui doit être politique et non judiciaire.
Artur MAS, que je connais depuis fort longtemps, avec lequel j’ai eu l’occasion de maintenir et renforcer les liens historiques qui unissent Perpignan à Barcelone, et vice-versa, m’a expliqué sa vision personnelle d’une « République catalane », comme il l’a d’ailleurs ensuite détaillée face aux quelques 200 participant.e.s à la conférence qui a suivi notre rencontre.
La veille de la « Diada » (la fête nationale de Catalogne), cet entretien relevant je le répète de la sphère privée, n’avait pour ambition que d’accueillir comme il se doit un homme à la stature de chef d’État incontestablement, Artur MAS en l’occurrence, en rappelant et soulignant combien et comment celui-ci a dans le passé œuvré bénéfiquement, comme d’ailleurs ses prédécesseurs à la tête de la Generalitat, dont plus particulièrement un certain Jordi PUJOL, à un rapprochement culturel et économique entre Barcelone et Perpignan. Je lui ai d’ailleurs remis la médaille d’Or de la Ville de Perpignan. Je lui ai également renouvelé mon entier soutien ainsi qu'à toutes les personnes mises en cause.
Ma rencontre d’hier soir avec Artur Mas

Voir les commentaires

Cantines scolaires : Perpignan dans la moyenne départementale

10 Septembre 2018, 15:52pm

Publié par Jean-Marc Pujol

L’édition de ce lundi 10 septembre 2018 du journal L’indépendant nous apprend, concernant le coût de la cantine dans les restaurants scolaires des P-O, que le prix d’un repas est moins cher à Perpignan qu’à : Cabestany, Font-Romeu, Ille-sur-Têt, Millas, Pia, Saillagouse, Saint-Paul de Fenouillet, etc.-etc.
Il y a peu de temps encore, la politique tarifaire dans les cantines scolaires pratiquée par l’équipe municipale perpignanaise que je préside, était injustement montrée du doigt, fustigée, quelquefois par des adversaires politiques incapables d’argumenter hors de toute idéologie sectaire et de tout réalisme local.
Ce tableau réalisé par la rédaction du quotidien local, vient conforter notre politique municipale qui fait de l’école une priorité d’investissement pour l’avenir de nos enfants. La cantine fait partie évidemment de cette gestion éducative qui nous tient à cœur, au même chapitre donc que prévoir l’entretien et les rénovations de locaux, les agrandissements et créations de nouvelles classes, ou encore agir face à l’augmentation de l’insécurité aux abords de certains établissements.
Parents d’élèves, membres de la communauté éducative, décideurs et élus doivent être animés de la même ambition : prioriser les investissements en faveur de nos enfants. Et pour cela, il est nécessaire d’anticiper les évolutions, ce dont j’ai eu l’occasion de m’entretenir lors de ma tournée des écoles, le jour de la rentrée 2018-2019, c’est-à-dire le lundi 3 septembre.
Cantines scolaires : Perpignan dans la moyenne départementale

Voir les commentaires

1 2 > >>