Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Limiter plutôt le renouvellement des mandats…

23 Juin 2015, 15:27pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Quelques voix s’élèvent actuellement pour l’élaboration d’un projet de loi qui tendrait à limiter à 70 ans l’âge d’un candidat à une élection. Pour ma part, je serais plutôt pour une limitation du renouvellement des mandats à 2. C’est-à-dire qu’un maire, ou un président de Conseil départemental, ou un président de Conseil régional, ou un parlementaire ne pourrait faire que 2 mandats. En revanche, je suis farouchement opposé au cumul des mandats pour une raison bien simple car je pense qu’il est impossible d’exercer en même temps un mandat local (maire, président de Conseil départemental, président de Région) et un mandat national (député, sénateur). D’autre part, il me parait anormal de contraindre tous les Français à prendre leur retraite au gré des partis politiques à 60, 62 ou 65 ans, et permettre à des hommes politiques de déroger à ses propres lois.

Voir les commentaires

Imagine…

19 Juin 2015, 15:31pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Je connaissais les écrits des journalistes de la publication officielle du parti communiste soviétique, La Pravda. Je découvre ceux des journalistes du parti communiste français des Pyrénées-Orientales, sous le titre « Imagine », daté de ce mois de juin 2015 et diffusé par la section locale PCF de Cabestany. Fervent admirateur de John Lennon, je n’ai jamais imaginé appartenir au parti communiste dont la politique dans le monde communiste n’a permis à personne d’imaginer un monde nouveau, un monde meilleur. L’interprétation fallacieuse de tous les articles est dans le droit fil de La Pravda. En ce qui concerne la Communauté Urbaine (UC), le journaliste prétend : « la CU s’octroierait le droit de prendre des décisions locales concernant les activités socio-culturelles et/ ou éducatives, le sport, le tourisme, la gestion des cimetières, le service d’incendie, la transition énergétique, l’aménagement de l’espace, la voirie ou encore la signalisation ». Cela est totalement faux. Et M. Jean Vila le sait très bien, car il assiste aux débats communautaires : nous ne prévoyons le transfert que de la voirie. Il omet bien sûr de signaler que j’ai moi-même proposé l’adoption d’une Charte des maires, sans distinction politique. J’attends avec impatience qu’il en fasse de même au Conseil Départemental avec les élus de droite, ou à Cabestany, au sein de son Conseil Municipal vis-à-vis de son Opposition.
 
Dans son billet sur les Elections Départementales, là aussi nous assistons à une manipulation classique version La Pravda. Il est écrit, je relève, « qu’à Cabestany le parti communiste français et le front-de-gauche’66 ont réuni 48% des électeurs… ». Sauf que M. Jean Vila oublie de citer à ses côtés le parti socialiste, dans la mesure où le PS n’avait pas présenté de candidat sur son canton.
 
Le plus fabuleux, c’est l’amnésie fiscale dont fait preuve M. Jean Vila. Après avoir voté toutes les augmentations d’impôts du Conseil Général depuis une décennie, il a infligé récemment une augmentation des impôts de 5% aux habitants de Cabestany. Il omet, une fois encore, de dire que la Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée n’augmente pas ses impôts, elle. En l’occurrence, le dîner-débat d’hier à Cabestany auquel je participais, a apporté la preuve que la CU permettrait de moins augmenter les impôts de Cabestany ! Concernant le Mas Guérido ; il ne s’agit pas « d’entretien », comme cela est écrit, mais d’un investissement de plus de 4 millions d’euros que le maire de Cabestany n’a pas financé. En revanche, puisque M. Jean Vila parle du théâtre de l’Archipel, qui a été payé par les contribuables perpignanais, le tarif est le même que l’on habite Perpignan ou… Cabestany. Il est vrai que dans le vocabulaire du parti communiste français le mot « solidarité » n’existe pas. M. Jean Vila demeure le porteur d’une idéologie qui, à travers le temps, a semé la haine et l’effondrement économique. Sans aucune liberté. Cela m’amuse beaucoup quand les communistes parlent de « laisser les habitants décider de leur avenir »… quand on sait que partout où ils sont au pouvoir le vote n’est pas libre. Cuba en est un exemple absolu.

Voir les commentaires

Qu’est devenu le « bac » ?

19 Juin 2015, 13:22pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Alors que chacun sait que le taux de succès au baccalauréat dépasse désormais les 80%, et qu’il est préconisé une grande mansuétude dans les corrections – pour ne pas dire plus ! – alors que chacun sait que les grandes écoles et certaines universités se prononcent à partir des dossiers scolaires de certains élèves, il est grand temps de réformer le bac. Je propose de faire confiance aux professeurs, que le contrôle continu en terminale serve de base pour l’attribution du baccalauréat, et que l’on fasse passer un examen de rattrapage pour celles et ceux qui ne seraient pas sélectionnés par le contrôle continu des connaissances.

Voir les commentaires

Léonide Pliouchtch est mort

19 Juin 2015, 08:15am

Publié par Jean-Marc Pujol

Ce mathématicien extraordinaire avait fui le communisme qui l’avait interné, soumis à des traitements physiques et psychiatriques dégradants. Il avait dénoncé notamment les piqûres au souffre infligées à des malades, ce qui s’appelle en langage français « de la torture ». Il était le symbole de la répression dans l’Union soviétique communiste des années Léonide Brejnev. Cet esprit libre était devenu français. Français par le mérite, la souffrance et les convictions. Léonide Pliouchtch vivait en France depuis 1976. Il est mort le jeudi 4 juin à Paris, il avait 76 ans. Gardons en mémoire son combat contre le totalitarisme. C’était, il était, un grand Français.

Voir les commentaires

La coordination PN – PM se développe dans de bonnes conditions

16 Juin 2015, 14:56pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Au lendemain de la visite à Perpignan du Préfet Lambert, chargé de mission auprès du 1er ministre pour les Zones de Sécurité Prioritaire (ZSP), je constate que l’Etat a pris conscience de la situation. Mme la Préfète des Pyrénées-Orientales, Josiane Chevalier, et le commissaire Yannick Janas, Directeur de la Police Nationale dans le département, sont très impliqués, avec l’élue de la Ville en charge de la Sécurité publique, Chantal Bruzi, pour répondre aux préoccupations des Perpignanais dans leur quotidien. La coordination entre les services de la Police Nationale et de la Police Municipale se développe dans de bonnes conditions. Nous ne pouvons que nous féliciter de ce rythme Etat/ Ville qui impose davantage de proximité entre les forces de l’ordre et la population, en s’appuyant sur la collaboration des différents acteurs judicaires et associatifs ; la relation sur le terrain avec les citoyens est une forme de prévention et de considération. Mais il n’empêche qu’il faudra aborder un jour le 3ème volet, celui de la sanction des délinquants.

Voir les commentaires

La République exemplaire…

11 Juin 2015, 15:42pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Les socialistes ont passé leur temps à nous donner des leçons de morale publique. Qu’en reste-t-il ?  Après le cireur de chaussures de M. Aquilino Morelle, après les comptes cachés du ministre caché en Suisse du ministre Jérôme Cahuzac, après les fraudes fiscales du ministre Thomas Thévenoud et de son épouse directrice de cabinet du président socialiste du Sénat, après les condamnations des élus socialistes du Nord (fédération PS la plus puissante de France), après les mises en examen de M. Jean-Noël Guérini et de ses comparses, dans la fédération socialiste du département des Bouches-du-Rhône, après les poursuites judiciaires contre M. Robert Navarro, vice-président du Conseil régional Languedoc-Roussillon…
C’est le désormais 1er ministre de la France, Manuel Valls, qui s’envole en l’air dans un voyage familial de supporters du club de football du Barça. L’exemplarité, c’est d’abord un comportement personnel, c’est le respect d’une éthique. Où est cette République exemplaire sous la gouvernance socialiste ?
Nous sommes passés d’un Général de Gaulle qui payait les repas de ses enfants quand ils venaient à l’Elysée, à un président socialiste qui réservait la totalité de l’hôtel Old Cataract à Assouan, en Egypte, au profit de ses familles et cours ; sans oublier bien sûr le bon monsieur Jack Lang qui prévoit 1 000 repas pour lui et son épouse en tant que président de l’Institut du Monde Arabe… J’attends avec impatience les réactions d’une gauche morale, mais je sais que cette gauche-là ne viendra plus car, aujourd’hui, elle est portée par des intellectuels – comme Michel Onfray, Alain Finkielkraut et Régis Debray - qui sont mis au ban du Parti socialiste.

Voir les commentaires

Près de 80% de « Oui » à la Communauté Urbaine !

9 Juin 2015, 15:14pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Hier soir, lors du Conseil de communauté, sur les 88 conseillers communautaires 69 d’entre eux – soit près de 80% des voix – se sont exprimés en faveur de la Charte fondatrice concernant le transfert de compétences obligatoires à la transformation de notre communauté d’agglomération en communauté urbaine, notamment pour ce qui est de la voirie. Pendant environ deux heures, les représentants élus des trente-six communes qui composent le territoire de l’Agglo Perpignan Méditerranée ont débattu et échangé sur les enjeux, sur l’efficacité de l’intercommunalité. Je félicite les orateurs qui se sont succédé au micro pour la qualité de leurs interventions. De belles idées ont été émises. A cette occasion, une nouvelle fois, l’amphithéâtre de l’Hôtel de l’Agglo s’est révélé être un formidable espace de débats, d’analyse et de réflexion sur la politique intercommunale et sa mise en œuvre, dans le respect de l’indépendance des communes. De toutes les communes. Je remercie celles et ceux qui, dès hier soir, ont tenu à apporter leur soutien à l’équipe que je préside aux commandes de l’Agglo, ainsi que celles et ceux qui ont participé de par leurs prises de position éclairées à façonner la Charte fondatrice qui va nous permettre d’accéder à un échelon supérieur de l’intercommunalité. Leur confiance me va droit au cœur. Solidaires, nous avons montré que notre Agglo est prête à décoller vers de nouveaux cieux, qu’en conservant des liens de proximité essentiels nous pouvons être dès le 1er janvier 2016 une « collectivité stratège ». Nous pouvons être le territoire d’équilibre indispensable, entre les métropoles de Montpellier et de Toulouse, dans la future grande région. Parce que, je l’ai senti hier soir, heureusement que dans tous les bords politiques de notre collectivité territoriale, des gens veulent avancer.

Voir les commentaires

Mme Ripoull, cessez d’enfumer les Perpignanais !

8 Juin 2015, 15:47pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Ce lundi 8 juin 2015, Mme Ripoull écrit à Mme Neuville, secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l’exclusion, pour la sensibiliser sur l’avenir de l’Ecole des Beaux-Arts. Comme à son habitude, Mme Ripoull dénigre Perpignan et ses habitants, à travers des attaques visant son équipe municipale et sa gestion. Depuis le temps, puisque à ses yeux Perpignan serait devenue invivable, on peut s’étonner qu’elle n’ait pas envisagé d’en partir… Mme Ripoull, candidate multicartes (puisque selon la chaîne de télévision M6 elle serait maintenant « de gauche »), a été battue en 2008, en 2009 et en 2014. Les Perpignanais n’en ont pas voulu. Nous pensions que ces trois avertissements, ses trois échecs successifs, coup sur coup, venus des urnes, l’auraient ramené à la réalité. La dure réalité, c’est vrai. Que non ! Mme Ripoull poursuit sa campagne de désinformation, de dénigrement et de démolition à l’égard des Perpignanais. Elle se prend les pieds dans le tapis, à force d’être déconnectée de – justement nous y revoilà – la réalité. On peut d’ailleurs s’étonner que Mme Ripoull soit encore présidente de l’ANEO (l’Association Nationale des Elus de l’Opposition), qu’à ce titre elle a d’ailleurs été reçue le 19 mai dernier au Cabinet du chef de l’Etat ( !) pour soi-disant « sensibiliser l’Exécutif aux enjeux de respect des droits de l’opposition dans les assemblées délibérantes des collectivités… », alors qu’elle n’est plus élue depuis mars 2014 ! Déconnectée de la réalité encore et encore lorsque Mme Ripoull s’adresse à Mme Neuville, « vous qui êtes députée des Pyrénées-Orientales, élue sur la circonscription de l’école d’art… » ; faut-il rappeler à Mme Ripoull que Mme Neuville n’est plus députée depuis le mois d’avril 2014, depuis qu’elle a été nommée secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, plus précisément le 9 avril 2014. Le nouveau député, depuis le 9 mai 2014, s’appelle Robert Olive. J’ai le plus grand respect pour mes opposants, quels qu’ils soient, d’où qu’ils viennent, encore faut-il que leurs attaques ne soient pas volontairement bâties sur des propos et des situations erronés.

Voir les commentaires

Le poids des mots face à l’Histoire

5 Juin 2015, 15:07pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Celles et ceux qui refusent de commémorer la journée du 19 mars seraient LES méchants. Drôle d’époque. Drôle d’histoire. Dans ces mêmes colonnes, sur ce même blog, le 18 mars dernier j’expliquais sereinement « pourquoi je ne participerai pas à la cérémonie officielle du 19 mars », décrétée par le Gouvernement socialiste « Journée nationale du souvenir » en mémoire des victimes de la guerre d’Algérie. Aujourd’hui, à l’avant-veille du 7 juin, les mêmes tensions resurgissent pour empêcher des personnes d’exprimer une opinion, en l’occurrence le fleurissement d’une stèle, située au cimetière nord de Perpignan, rendant hommage à des dirigeants de l’OAS qui se sont battus contre l’indépendance de l’Algérie, entre 1961 et 1962. Et depuis 2007, les Préfets en poste dans les P-O, craignant des débordements, interdisent par arrêté tout rassemblement aux abords du cimetière. Chacun est libre de ses idées, libre de porter la contradiction, dans la mesure bien sûr où les propos diffusés ne sont ni diffamatoires ni racistes ni antisémites ni mensongers. L’utilisation désormais à toutes les sauces verbales de certains mots pour falsifier la vérité, pour désinformer l’opinion a de quoi inquiéter. Alors que les historiens s’accordent à s’appuyer sur les faits, sur une mémoire apaisée pour reconstruire le puzzle de l’Histoire, on assiste en parallèle, paradoxalement, dans les médias, au grand déballage de plumitifs affabulateurs, auteurs de pseudo-récits historiques sans fondement. On croyait que l’arrivée des nouveaux réseaux d’information et de communication allait enfin mettre un point final à toutes les tentatives de contrôle de la pensée, mais la propagande a la vie dure… A ceux qui continuent, jour après jour, d’essayer d’imposer leur version volontairement erronée de l’histoire, au mépris des hommes et des réalités, j’oppose et j’opposerai inlassablement, infatigablement, ma contribution pour lutter contre toute forme de complot. Si le 19 mars dernier, en tant que maire de Perpignan, j’ai décidé de mettre en berne le drapeau national sur le fronton de la mairie, c’est parce que en aucun cas devant l’Histoire cette date ne peut être retenue comme jour anniversaire du cessez le feu de la guerre en Algérie en 1962. Entre le 19 mars et le 5 juillet 1962 (date de l’Indépendance de l’Algérie), ce sont 10 000 harkis et leurs familles qui ont été sauvagement assassinés, et des milliers de militaires et d’Européens (Pieds Noirs), de toutes confessions, qui ont été tués ou portés disparus.

Voir les commentaires

Oui pour « Les Républicains »

30 Mai 2015, 07:00am

Publié par Jean-Marc Pujol

En tant qu’ancien président départemental de l’ex- Parti Républicain, je me félicite que la Droite Républicaine ne se cache plus derrière des sigles incompréhensibles. Etre Républicain aujourd’hui, c’est se souvenir de la Résistance et particulièrement au lendemain de la panthéonisation de quatre résistants, dont Pierre Brossolette. Je rappelle que celui-ci, malgré son appartenance au parti socialiste, a considéré que les partis qui avaient contribué à la défaite de la France ne devaient plus être représentés au Conseil National de la Résistance… C’est d’ailleurs cette approche tellement républicaine qui lui a valu l’inimitié de tous ceux qui voulaient reconstituer un système politique ancien. S’inscrire dans une démarche républicaine aujourd’hui est une absolue nécessité pour notre pays. J’invite toutes celles et tous ceux qui le souhaitent à rejoindre le mouvement « Les Républicains ».

Voir les commentaires