Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Projet de loi sur le renseignement… Prudence, mais il faut agir

22 Avril 2015, 10:25am

Publié par Jean-Marc Pujol

Il est indéniable que la loi sur le renseignement réduit les libertés individuelles. C’est évident. Mais les risques qui pèsent sur nos concitoyens du fait des totalitarismes islamiques nécessitent un renforcement des moyens alloués aux Défenseurs de la République. Je crois que l’ensemble de ces moyens devrait relever en dernier ressort d’un magistrat habilité « secret défense ». J’entends les inquiétudes et les critiques exprimées par certains qui craignent que la surveillance proposée dans le cadre de ce projet de loi sur le renseignement, soit moins ciblée que les textes le précisent pour au final toucher l’ensemble de la population. Les sages du Conseil Constitutionnel, justement, vont devoir juger de la conformité de cette loi et, évidemment, rassurer tous les citoyens dans le respect de leur vie privée. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, à mon avis, seul un magistrat habilité « secret défense » devrait au bout de la chaîne des responsabilités prendre la décision, mais il faut une loi car la situation provoquée et instaurée par les terroristes ne doit surtout pas nous laisser indifférents.

Voir les commentaires

Non à l’obligation de voter

21 Avril 2015, 15:48pm

Publié par Jean-Marc Pujol

La liberté de conscience impose la liberté du vote. Tout ce qui est obligatoire en matière de vote est une contrainte. Les Français ont plus besoin de liberté que des solutions proposées par ceux-là mêmes qui s’exonèrent trop souvent de leurs propres manquements. Ce n’est pas en rendant le vote obligatoire qu’on répondra à l’abstention-sanction du peuple. Je le répète, mieux vaut convaincre les électeurs plutôt que les contraindre.

Voir les commentaires

M. Aliot, l’homme pressé… de quitter Perpignan !

17 Avril 2015, 15:37pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Il y a quelques mois, c’était le temps des élections municipales c’est vrai, M. Aliot se présentait en défenseur des Perpignanais dont il était le seul et unique, selon lui, à comprendre les attentes, à entendre les inquiétudes, à partager le quotidien. Pour M. Aliot, tout est bon pour « aller plus vite », « aller plus loin », concernant sa carrière politique bien évidemment, quitte une fois élu – car combien de fois l’a-t-on entendu s’exprimer dans l’hémicycle de l’Hôtel de l’Agglo, où il se fait de plus en plus rare ? - à laisser les Perpignanais sur le banc de touche. M. Aliot est décidément un homme très pressé de cumuler les mandats… car après celui de député européen il sera – c’est officiel – tête de liste aux Régionales, en décembre prochain, et donc sûr d’être élu. Dernier épisode en date concernant le comportement de M. Aliot : sa réaction suite à la réunion publique qui s’est tenue le lundi 13 avril 2015, en soirée, à l’Hôtel de l’Agglo, sur le projet de Ligne nouvelle à Grande Vitesse (LGV) entre Perpignan et Montpellier, dans sa traversée de la plaine du Roussillon. Si M. Aliot était un tout-petit peu plus présent à Perpignan, il aurait été informé de l’existence de cette réunion publique, largement annoncée dans les médias locaux. Visiblement, M. Aliot ne connait pas le sujet, de même qu’il n’a jamais du rencontrer les populations locales concernées par ce nouveau tracé ferroviaire. Oui M. Aliot, le maillage d’un territoire est un enjeu des plus sérieux qui nécessite une réelle (et non virtuelle) connaissance du terrain, des citoyens, des partenaires, des institutions, des collectivités locales et territoriales. Au bout de ce choix stratégique dépendent la Qualité de vie des habitants du Pays Catalan, le développement des pôles de compétitivité (grappes et filières), etc.-etc. C’est cela la « force du collectif » ! Les associations environnementales, le secteur viti-vinicole, sans négliger le travail permanent sur le sujet des associations de commerçants de quartiers en milieu urbain, apprécieront votre façon radicale d’imposer la marche, sans aucune possibilité de dialogue. C’est vous, M. Aliot, qui souhaitez faire de notre territoire un « cul-de-sac », en tournant le dos à Barcelone, en ne soutenant pas par des actes ambitieux le développement économique de Perpignan et sa région, en ne fédérant pas les hommes et les femmes qui ont fait le choix de vivre sur ce territoire et de le défendre… Par votre indifférence, vous témoignez d’un mépris insupportable. Oui M. Aliot, le maire de Perpignan et président de l’Agglo que je suis s’oppose à ce qu’on défigure notre territoire au nom d’arguments qui n’ont pas lieu d’être, qui sont un non-sens pour notre économie locale et sa principale activité, le Tourisme ! Perpignan a déjà sa gare TGV, une LGV existe également. Pourquoi en créer une seconde ? N’oublions pas que nous nous sommes engagés, avec succès, dans la voie verte du développement durable, avec la mise en place d’un schéma stratégique pour améliorer la lisibilité de l’offre de nos zones d’activités économiques.

Voir les commentaires

« Mme Ripoull a la mémoire qui flanche… Quand ça l’arrange ! »

16 Avril 2015, 08:39am

Publié par Jean-Marc Pujol

Voici ci-dessous l’intégralité du communiqué de presse que j’ai adressé le mardi 14 avril dernier au journal L’Indépendant, en réponse aux attaques incessantes de Mme Ripoull.
 
Mme Ripoull est vraiment phénoménale, exemplaire. Tout plaide en sa faveur : sa trajectoire politique pour le moins tortueuse (à en juger par le nombre de partis qu’elle a traversé), la démagogie permanente de ses envolées lyriques, son sens inné de la désinformation, ses démarches propagandistes sans issue… Mme Ripoull a des idées sur tout. Mais lesquelles ? Depuis sa défaite aux élections municipales, l’an passé, qu’elle n’a toujours pas digérée, Mme Ripoull prétend vouloir s’organiser dans une sorte d’opposition virtuelle. La vérité, c’est que Mme Ripoull n’aime ni Perpignan ni les Perpignanais. Preuve en est que lors des récentes Elections Départementales, elle a sollicité, coûte que coûte, vaille que vaille, une candidature sous les couleurs de l’UMP dans n’importe quel canton, pourvu qu’on l’intègre au casting ! Oui Mme Ripoull, ne vous en déplaise à vous qui ne pensez qu’à démolir plutôt qu’à (re)construire, je continuerai à me battre pour diminuer l’endettement de l’Agglo, pour créer un centre-ville compétitif à coups de nouveaux enjeux (tel le retour de l’Université intra-muros que nous avons lancé avec les dirigeants de l’UPVD), pour faire vivre la Cité sur des actions innovantes et modernes que ce soit dans le domaine de la Culture (puisque vous semblez y être sensible), du Patrimoine, du Tourisme et, bien sûr, de l’Economie en général. J’ajouterai que si Mme Ripoull connaissait les dossiers du cœur de ville, elle saurait qu’un parking sera construit dans le cadre d’une Délégation de Service Public déjà en cours sur la place Jean-Moulin. La formidable équipe municipale qui m’entoure, et que Mme Ripoull critique systématiquement, est remplie d’enthousiasme, d’audace, d’ambition et de courage pour accompagner toutes ces missions stratégiques. Elle est composée de personnes volontaires, énergiques, ouvertes d’esprit et idéalistes. Je terminerai ce propos en constatant, une fois de plus, que Mme Ripoull n’hésite pas à utiliser la même sémantique que l’extrême droite pour déverser sa haine sur ma personne. Mme Ripoull écrit que je « singe les discours de l’extrême droite » (…), c’est exactement le vocabulaire utilisé par certains, à l’extrême droite, pour caricaturer notre ministre de la Justice et Garde des Sceaux. J’ose encore espérer qu’il s’agit-là d’une maladresse de Mme Ripoull… et non de conviction.

Voir les commentaires

Toulouse, c’était couru d’avance !

14 Avril 2015, 11:09am

Publié par Jean-Marc Pujol

Toulouse futur chef-lieu de la nouvelle grande région qui unira le Languedoc-Roussillon à Midi Pyrénées : mais qui pouvait en douter ? Soyons sérieux : Toulouse, la ville, est presque deux fois plus peuplée que Montpellier, l’industrie avec l’aéronautique y est prospère et beaucoup plus développée, le secteur universitaire également plus important, etc.-etc. Bref, comme on dit, y’a pas photo !, l’affaire était pliée dès le commencement. Dans ces conditions, la Ville Rose ne pouvait que sortir gagnante. Il n’en demeure pas moins que ce choix nous interpelle car il doit accentuer notre positionnement, que je défends depuis le début, pour le passage de notre territoire en Communauté Urbaine. Maintenant que la décision a été officiellement arrêtée, à savoir « Toulouse préfecture de la future grande région » - ce n’est pas qu’un titre prestigieux, c’est aussi de l’activité, des fonctionnaires qui s’installent, une nouvelle Administration, des compétences supplémentaires… - Perpignan Méditerranée doit s’imposer comme un espace incontournable et, je le répète, unique puisque nous sommes les seuls à pouvoir revendiquer grâce à notre démographie cette territorialité de Communauté Urbaine.

Voir les commentaires

A propos du dynamisme démographique de Perpignan

10 Avril 2015, 11:17am

Publié par Jean-Marc Pujol

L’hebdomadaire montpelliérain La Gazette a publié, hier jeudi 9 avril 2015, un supplément très intéressant, intitulé « Dossiers & Documents », mettant en scène plusieurs scénarii entre les deux régions administratives Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées qui, dès l’an prochain, ne formeront plus qu’un seul et grand territoire. Economie, patrimoine, université, démographie… tout y est passé au peigne fin. On y apprend, notamment que c’est sur ce futur territoire commun que la population française croît le plus vite, et ce régulièrement depuis trois décennies ; « avec deux points forts qui finalement s’équilibrent et se complètent : la métropole toulousaine et le réseau de villes Languedoc-Roussillon », peut-on lire. « En Languedoc-Roussillon, à Montpellier-ville, la croissance démographique s’est établie entre 2007 et 2012 (dernières statistiques connues) à +0,3% (+0,7% pour son aire urbaine). La principale ville du Languedoc-Roussillon a toutefois été devancée par Perpignan-ville (+0,5% et +0,9% pour l’aire urbaine), alors que les populations de Nîmes-ville et Béziers-ville, toutes les deux à -0,1% stagnaient dans le même temps ». Lorsqu’on sait que souvent les performances économiques, culturelles et énergétiques d’un territoire sont intimement liées à son dynamisme démographique, il est bon de rappeler que Perpignan et son Agglo se situent dans cet élan positif, que l’objectif à atteindre pour relever les nombreux défis qui nous attentent est bel et bien celui du passage en Communauté Urbaine. Je le rappelle, nous sommes, Perpignan et son Agglo, le seul espace urbain et environnemental à pouvoir, en Languedoc-Roussillon & Midi-Pyrénées, prétendre à cette perspective, parce que justement c’est notre poids démographique qui nous y autorise.

Voir les commentaires

Découpage cantonal à la mode socialiste

9 Avril 2015, 13:08pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Les dernières élections départementales, sur le calendrier électoral car en fait les premières du genre au plan national, resteront dans les annales comme un grand moment de « démocratie » : dans notre département, avec environ 62 000 voix l’UMP et l’UDI remportent 12 sièges de conseillers départementaux, alors qu’avec moins de voix la coalition socialiste et communiste s’empare d’une vingtaine de sièges qui lui donne une confortable Majorité pour assurer le fonctionnement de l’Assemblée Départementale. A l’évidence, et nombre d’éditorialistes s’en sont fait l’écho dès le 22 mars dernier, soir du 1er tour de ces élections, il est plus réaliste de parler dans le cas présent de « charcutage », plutôt que de « redécoupage ». Nicolas Sarkozy a raison de parler « d’un charcutage malhonnête » et de prendre l’engagement « de ne pas conserver le scandaleux découpage électoral des cantons »… Bien avant la tenue de ces élections j’avais eu l’occasion de dénoncer cette dérive électorale, le bilan de celles-ci me conforte hélas dans mon analyse et mes craintes. A l’arrivée, nous ne pouvons que constater que c’est ce charcutage électoral, uniquement !, qui a permis à la gauche des P-O de sauver les meubles… et à la Démocratie de proximité de reculer.

Voir les commentaires

Hier matin, un sénateur s’est suicidé…

8 Avril 2015, 10:01am

Publié par Jean-Marc Pujol

L’ancien maire de Tours et sénateur de l’Indre-et-Loire, Jean Germain, a été retrouvé mort à son domicile, hier matin, alors qu’il devait comparaître devant le tribunal correctionnel pour « complicité » dans l’organisation de mariages chinois fictifs. L’élu a laissé une lettre dans laquelle il explique son geste. Depuis, entre émotion et accusations, justice et médias se retrouvent sous les projecteurs de cette actualité tragique : Jean Germain s’est peut-être senti condamné avant même d’être jugé, d’où son acte irréversible. Il n’est pas question pour moi d’instrumentaliser ce suicide, de pointer du doigt des comportements, une corporation en particulier, de me lancer dans de quelconques plaidoiries. Le suicide d’un homme, quel qu’il soit, est toujours triste. Certes, on aurait tort d’accuser les-uns-les-autres, aussi terrible et cruelle soit l’information, sans oublier la cavalcade des commentaires courageusement anonymes qui précède traditionnellement la mise en examen d’une personnalité (politique, artistique, sportive ou autre)… Mais il faut se faire à une évidence : notre société est devenue particulièrement violente, « à l’image » de l’info qu’elle véhicule en continu. Et dans ce tourbillon de la vie où la communication est l’une des reines, les élus, les dirigeants d’entreprises, sont souvent très, trop ?, exposés au point d’être immédiatement, systématiquement, suspectés, accusés, livrés en pâture. Dès lors, parce que tout s’emballe si vite, il n’y a plus de place pour le doute, l’honneur, l’humanité et, plus inquiétant, pour la recherche de la Vérité.

Voir les commentaires

Chrétiens d’Orient : comment ne pas s’indigner !

7 Avril 2015, 10:31am

Publié par Jean-Marc Pujol

Durant tout le week end de Pâques, nous avons assisté sur le sol français, patrie des Droits de l’Homme, à un feuilleton insupportable, révoltant, une mise en scène signée de la RATP qui a refusé dès vendredi – avant de faire marche arrière hier soir – de diffuser dans le métro parisien 250 affiches annonçant le concert en juin prochain du groupe Les Prêtres à l’Olympia, et ce parce que les affiches en question mentionnaient que « la recette irait au bénéfice des chrétiens d’Orient »… La RATP prétextait qu’elle agissait ainsi « au nom du principe de neutralité du service public… et de la laïcité » ! Mais dans quelle société vivons-nous ? Sommes-nous devenus ignorants, amnésiques, au point de détourner notre regard sur un génocide qui se déroule sous nos yeux ? Car c’est bien d’une tragédie, de persécutions contre un peuple, les chrétiens d’Orient, dont on parle et dont les images nous reviennent en continu, quotidiennement, sur les chaînes d’information, les réseaux sociaux, internet, etc. Doit-on continuer à vivre dans l’indifférence de l’existence de cette terreur qui frappe des civils en Irak et en Syrie, tout en sachant ? Car, devant l’Histoire, on ne pourra plus dire « Qu’on ne savait pas ». Du courage !

Voir les commentaires

Lever les verrous qui bloquent

3 Avril 2015, 15:27pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Alors que des vents favorables soufflent sur notre économie (et celle de nos voisins), alors que selon l’INSEE la reprise frapperait à notre porte… nos entreprises sont toujours corsetées par des mécanismes administratifs d’une autre époque. Il ne se passe pas un jour sans que lors de visites de terrain dans des entreprises, à la rencontre d’associations et de syndicats professionnels, mes interlocuteurs se plaignent de tracasseries, fustigeant l’immobilisme ambiant quand il s’agit d’entreprendre, de passer à l’action, etc.-etc. A chaque fois j’entends le même refrain, entre impôts et charges élevées les entreprises continuent à être asphyxiées. L’autre jour, j’apprends d’un restaurateur qu’il aurait été sanctionné pour avoir employé dans ses cuisines un apprenti au-delà de 22h. Il semblerait d’après ses dires qu’on n’a pas le droit de faire travailler un apprenti après 22h. Le système serait rigide à un point tel qu’il n’autoriserait aucune dérogation, même avec le consentement des deux parties… Avouez que dans un restaurant, il est logique de travailler en soirée, ou alors il y a quelque chose qui m’échappe. Dans le cas présent, l’apprenti était en plus d’accord pour travailler. On nous parle à longueur de journée de formation à privilégier, des textes affluent sur les stagiaires et le temps partiel… bref, chaque session parlementaire boostée par le Gouvernement de M. Valls débouche en fait sur des décisions qui alourdissent les contraintes pour le monde de l’entreprise. Cela n’est plus tenable.

Voir les commentaires