Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Catalogne et Perpignan sont des lieux où l’exil a un sens

21 Octobre 2016, 17:00pm

Publié par Jean-Marc Pujol

D’abord, en 1939, avec les centaines de milliers d’Espagnols fuyant la guerre et les atrocités, qui ont trouvé refuge en France, pour se mettre à l’abri des exactions, des règlements de compte. Ensuite, avec ceux que l’on appelait les Pieds Noirs, qui eux aussi ont dû quitter leur pays, l’Algérie, pour ne pas subir les mêmes exactions. Concernant les Pieds Noirs, rappelons ici que ces exactions avaient commencé, entre autre, depuis de nombreuses années, symbolisées par le massacre du 5 juillet 1962, à Oran, qui a fait plus de morts et de disparus que le massacre d’Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944, pour une population 40 fois inférieure ! J’ai encore en mémoire les paroles de Gaston Defferre, alors maire de Marseille, nous demandant « d’aller nous rééduquer ailleurs »…

Aujourd’hui, comme hier les réfugiés espagnols ou les Pieds Noirs, des personnes et des familles quittent des zones de guerre pour se protéger. Il me parait nécessaire d’apprécier les situations de ces familles et de trouver des solutions provisoires pour les accueillir avant qu’elles puissent retourner dans leur pays d’origine une fois la guerre terminée.

Voir les commentaires

MM. Bayrou et Lagarde nous ont habitué à la géométrie variable de leurs convictions

21 Octobre 2016, 10:56am

Publié par Jean-Marc Pujol

 François Bayrou et Jean-Christophe Lagarde qui prétendent inscrire leur action publique sur le plan de la morale… devraient s’interroger à l’effet de savoir s’il est moralement acceptable d’appeler à voter pour un candidat à l’élection primaire de la droite et du centre, et de se réserver en cas d’échec de leur poulain le droit de se présenter contre le candidat choisi par les militants et les sympathisants ?

Il est vrai qu’ils nous ont habitué à la géométrie variable de leurs convictions, ce qui a permis, concernant par exemple M. Bayrou, l’arrivée de M. Hollande à l’Elysée et les cinq ans catastrophiques pour les Françaises et les Français que nous sommes en train de vivre. Au passage, bien sûr, M. Bayrou s’attaque à M. Macron, après lui avoir fait des risettes, se rangeant au pluriel derrière un candidat dont il pense qu’il va gagner la primaire à droite…

Il est vrai, comme disait feu Edgar Faure (plusieurs fois ministre sous la Vème République) : « Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent qui change de direction »… En ce qui les concerne, c’est plutôt la tempête de leurs ambitions et le calme plat de leurs convictions.

Voir les commentaires

Les policiers méritent un soutien sans faille de toute la classe politique

21 Octobre 2016, 08:52am

Publié par Jean-Marc Pujol

Comment un gouvernement, parfaitement au courant de la situation d’agression permanente des forces de police, peut-il qualifier de « sauvageons » les meurtriers cagoulés qui attaquent à coups de cocktails Molotov des policiers dans leur voiture, les empêchant d’en sortir, donc pour les tuer ! Non, ce sont des tueurs. Et c’est le mot exact. Nulle part ailleurs dans le monde un gouvernement, quel qu’il soit, accepterait les violences et les insultes répétées que doivent subir les défenseurs de la République que sont nos policiers.

Aucun corps constitué n’est soumis à une telle réglementation, à une telle surveillance des médias, alors que nos policiers sont souvent les seuls à faire respecter les lois de la République.

Force doit rester à la Loi. Les policiers méritent le soutien sans faille de toute la classe politique car ils ont déjà le soutien des Françaises et des Français.

Voir les commentaires

« La primaire » : un premier débat correct, poli… intéressant

14 Octobre 2016, 11:17am

Publié par Jean-Marc Pujol

Ce n’est pas parce qu’on n’est pas passionné ou passionnant, qu’on est sans intérêt. Ce n’est pas parce qu’on ne hurle pas et qu’on ne vocifère pas, qu’on a rien à dire. A l’occasion de leur premier débat télévisé dans le cadre de « la primaire » de la droite et du centre, les sept candidats en compétition ont fait preuve de tenue - mais pas de retenue !, puisqu’ils se sont exprimés sur toutes les questions posées - sur les sujets économiques, politiques, sociaux et judiciaires exposés par les journalistes-animateurs. Je n’entrerai pas dans la discussion de savoir ou de chercher à convaincre « Qui a été le meilleur ? », « Qui a gagné ? », « Quel est le vainqueur ? », deux autres débats télévisés sont programmés et celui d’hier soir avait lieu cinq semaines avant le 1er tour de l’élection.

Ce que personnellement je retiens de cette première confrontation, c’est la correction des échanges, aucune manifestation d’agressivité ou de règlement de comptes dans le propos des un(e)s et des autres, une ambiance qui s’est déroulée dans une atmosphère exemplaire, dans un climat modéré sur le fond comme sur la forme. Celles et ceux qui attendaient un moment de « punching-ball », qui espéraient une succession de coups fourrés et de coups tordus, ceux qui guettaient le croche-pied fatal, seront restés sur leur faim et c’est tant mieux ainsi.

Beaucoup de chiffres ont été donnés, j’imagine que nombre d’éditorialistes, d’experts en tous genres, de fins limiers polémistes, vont se lâcher et s’évertuer à les décortiquer pour avec encenser ou tenter de flinguer leurs auteurs. C’est leur « job », comme on dit !

Ma conclusion est que ce premier débat a été une réussite pour la droite et le centre. Nos électeurs n’en attendaient pas moins. Ils ne souhaitaient surtout pas voir des candidat(e)s s’écharper en-dessous de la ceinture comme on le constate hélas en ce moment de l’autre côté de l’Atlantique…

Voir les commentaires

La « primaire » est une bonne chose

12 Octobre 2016, 10:30am

Publié par Jean-Marc Pujol

A la veille du débat télévisé sur la « primaire » de la droite et du centre, je suis très, très heureux de constater que les sujets de fond mis en avant par Nicolas Sarkozy structurent les débats.
Ainsi, tous les candidats veulent baisser la fiscalité, revenir sur les 35 heures, traiter le sujet de la radicalisation… Bien sûr, les divergences existent, ce qui est un signe intéressant de la pluralité de la droite et du centre. Dans tous les cas, la « primaire » est une bonne chose, j’en suis convaincu, car on le voit bien : la multiplication des candidatures, sans la « primaire », nous aurait éliminé au soir du 1er tour de l’élection présidentielle, en tout cas l’absence de « primaire » aurait réduit nos chances de participation au second tour !

Voir les commentaires

Je renouvelle mon soutien aux policiers

12 Octobre 2016, 09:03am

Publié par Jean-Marc Pujol

Je suis bien sûr solidaire des policiers, à l’image de ceux qui se sont rassemblés en silence, hier à Perpignan, devant le commissariat, en hommage à leurs collègues attaqués à Viry-Châtillon, dans le département de l’Essonne en région parisienne. Je tiens, en mon nom et en celui des Perpignanaises et des Perpignanais, à apporter mon entier soutien aux fonctionnaires de la Police Nationale blessés, ainsi qu’à leurs familles, en espérant une issue heureuse à celui qui aujourd’hui se trouve dans le coma.
On ne peut plus accepter qu’un gouvernement attende des agressions pour proposer des mesures comme les tenues ignifugées ou le blindage de véhicules de police.
Malheureusement, ce qui surgit aujourd’hui ce sont toutes ces zones de non-droit qu’on a voulu passer sous silence. Cela fait des années que dans certains quartiers on caillasse le policiers, les sapeurs-pompiers, et même le SAMU ! Cela n’existe nulle part ailleurs et devrait nous interpeller sur ces territoires « perdus » où les lois de la République ne s’appliquent plus… et où des représentants de la République sont vécus comme des ennemis.
Tout cela, bien sûr, provient d’une idéologie permissive et dévoyée. J’ai encore en mémoire les cris d’orfraie de mon Opposition de l’époque quand la Majorité municipale a décidé d’accélérer l’installation de caméras de vidéo-protection.
Depuis 2010, j’ai doublé les effectifs de la Police Municipale, comme celui des caméras de vidéo-protection au nombre de 202 aujourd’hui.
L’engagement que j’ai pris de recruter 160 policiers municipaux d’ici la fin de mon mandat (2020) sera pratiquement atteint dès l’année prochaine puisque nous serons à 141.

Voir les commentaires

A propos du tarif de l’eau sur le territoire…

11 Octobre 2016, 09:22am

Publié par Jean-Marc Pujol

Le journal L’Indépendant a publié, le vendredi 7 octobre 2016, en page 21, à la rubrique « Le courrier des lecteurs », ma réponse à un lecteur qui m’interpellait à propos du « prix de l’eau pour les usagers sédentaires ». Voici donc ma réponse…
A propos du tarif de l’eau sur le territoire…

Voir les commentaires

A propos de la piétonisation (suggérée) du cœur de ville…

7 Octobre 2016, 07:20am

Publié par Jean-Marc Pujol

De çà de là, je vois des propositions concernant la piétonisation de divers secteurs du centre-ville de Perpignan et, dernièrement, plus particulièrement, une suggestion concernant la rue des Augustins.
La Ville de Perpignan réinvestit dans le centre-ville par le biais de divers projets, et non les moindres, je citerai en exemples la construction du Musée Hyacinthe Rigaud, l’installation d’une partie des étudiants dans des bâtiments en cours de construction également… Chaque année, ce sont plusieurs millions d’euros que la municipalité injecte pour animer le cœur de ville sous la forme de diverses actions et interventions. Cette dynamique, pour le commerce de proximité entre autre, s’inscrit aussi dans le cadre d’un aménagement et d’une planification stratégiques.
Une piétonisation, quelle qu’elle soit, ne peut se faire que dans le consensus et avec l’approbation de tous : commerçants du centre-ville, riverains… Je suis prêt à aborder le sujet, mais avec l’ensemble des parties, c’est-à-dire les représentants des acteurs économiques (dont la Chambre de Commerce et d’Industrie), du tissu associatif, etc.
En revanche, il faut se souvenir qu’une piétonisation « à l’essai » de la rue des Augustins, par le passé, n’avait pas été retenue. En effet, beaucoup de véhicules transitent par cette artère essentielle qui permet notamment d’accéder au « parking République » et qui fait vivre les commerçants du cœur de ville.
La Ville, lors de son dernier conseil municipal, a déclaré « d’intérêt public » la rue des Augustins, ce qui lui permettra d’acheter des immeubles et de restructurer l’ensemble de ce secteur urbain.

Voir les commentaires

Recentrer la primaire sur les vrais problèmes

6 Octobre 2016, 06:03am

Publié par Jean-Marc Pujol

Alors que la priorité de tous les responsables politiques et autres décideurs devrait être de proposer des solutions pour combattre le fléau du chômage, l’ensemble de la classe médiatique et politique se complait dans un débat abstrait sur « Qui ira voter lors de la primaire de la droite et du centre ? ».

Et si on parlait un seul instant d’intérêt général ?, car le fond du sujet est bien de savoir quelles sont les réformes qu’il faut mener pour retrouver le plein emploi…

Peut-être pourrait-on s’inspirer des propositions de Jean Tirole, médaille d’Or du CNRS (2007) et Prix Nobel de sciences économiques (2014), ou des gouvernements qui ont réussi sur ce sujet ? Que nenni !

On préfère ergoter sur les gens de gauche qui voteront à droite… et sur ceux d’extrême droite qui pourraient voter à droite. Triste débat !

 

Voir les commentaires

Alstom, un sauvetage… et après ? (Ou quand le grotesque tient lieu de politique économique)

5 Octobre 2016, 13:13pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Le Gouvernement Valls, une fois de plus, sous l’effet de l’opinion publique, prend la décision d’acheter des TGV pour permettre la sauvegarde de près de 500 emplois sur le site Alstom de Belfort.
Si ces emplois sont menacés aujourd’hui, c’est à cause de la politique de taxation fiscale des entreprises et, je ne cesse de l’affirmer, des contraintes réglementaires nationales que nos concurrents ne subissent pas.
Si le taux de l’impôt sur les sociétés, en France, avait été équivalent à celui du Royaume-Uni de Grande-Bretagne, par exemple, je pense très sincèrement et objectivement qu’Alstom aurait pu dégager des marges qui lui auraient permis d’être concurrentiel et, surtout, de maintenir les emplois sur le site belfortain, sans avoir besoin d’aller chercher dans la poche des contribuables les 500 à 700 millions d’euros qui ne règlent rien au fond.

Voir les commentaires