Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvailles

7 Mars 2019, 08:50am

Publié par Jean-Marc Pujol

Hier en fin d’après-midi, dans mon bureau en mairie de Perpignan, j’ai reçu mon ami l’ancien président de la Generalitat de Catalunya, Artur Mas. De belles et très heureuses retrouvailles qui nous ont permis d’échanger longuement, et ce avant qu’Artur MAS, accompagné de Josep PUIGBERT le directeur de la Casa de la Generalitat à Perpignan, rejoigne justement la « Casa » où il était attendu dans le cadre d’un colloque intitulé « Catalogne 2019, du processus aux procès judiciaires contre le processus ».
Artur MAS a été président de la "Généralité" de Catalogne à Barcelone de 2010 à 2016, pendant cette période nous avons eu de nombreuses occasions de nous rencontrer pour évoquer cette Catalogne culturelle que nous aimons tant et tant, ainsi que cette Catalogne économique et sociale que nous appelons de nos vœux pour consolider et développer nos liens au quotidien dans tous les secteurs d’activités.
Au nom de la Ville de Perpignan, j’ai remis à Artur MAS deux ouvrages, l’un consacré à la superbe exposition Clavé au Musée d’Art Hyacinthe Rigaud, l’autre à la Libération de Perpignan.
RetrouvaillesRetrouvailles

Voir les commentaires

« FPS » : le vrai tarif du « Forfait Post Stationnement » à Perpignan

6 Mars 2019, 15:15pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Il est toujours facile de sortir une phrase, une statistique, ou tout simplement un chiffre, de son contexte, surtout lorsqu’on a l’intention de nuire. Si sur les réseaux sociaux les auteurs de fake news pullulent, cela est d’autant plus navrant lorsque cela se produit avec des bloggeurs patentés, en tout cas avec des « lanceurs d’alerte » qui prétendent et revendiquent vouloir informer, donner une information correcte, vérifiée, s’appuyant sur des faits précis, accessibles et comparables, et non sur des ragots, voire des mensonges.
Ainsi, récemment, le chargé de communication d’une collectivité locale – située hors territoire de la Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) – a cru bon comparer le coût des amendes de stationnement à Perpignan (122 000 habitants), avec celui observé à Calais (75 000 habitants) ou encore à Castres (41 000 habitants). Les Perpignanaises et les Perpignanais apprécieront la comparaison. Peut-on mettre au même niveau Rodez et Toulouse, Alès et Montpellier, Figeac et Nîmes ?... Je laisse les lecteurs de mon blog seuls juges.
En tout cas, l’auteur de cette « diversion », pour rester dans le politiquement correct, veut nous apprendre pour mieux enfoncer le clou que le fameux « forfait post-stationnement » (FPS), la pénalité à régler en cas de dépassement de l’horaire, est de 25€ à Perpignan quand il est de 11€ à Calais et de 10€ à Castres, par exemples. Je lui donne un scoop libre de droits d’auteur : à Opoul-Périllos le stationnement est gratuit !
Plus sérieusement, dans des villes + ou – comparables avec Perpignan de par leur population urbaine, le FPS s’établit ainsi :
Boulogne-Billancourt : 35€
Grenoble : 35€
Aix-en-Provence : 33€
Villeurbanne : 32€
Nîmes : 30€
Metz : 30€
Annecy : 25€
Avignon : 25€
Brest : 25€
Perpignan : 25€
Limoges : 17€
« FPS » : le vrai tarif du « Forfait Post Stationnement » à Perpignan

Voir les commentaires

Josy Llop, une vie théâtrale…

4 Mars 2019, 15:25pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Ancienne directrice du théâtre municipal de Perpignan, Josy Llop s’est éteinte dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 mars. Elle avait occupé également le poste de professeur d’art dramatique au Conservatoire à Rayonnement Régional Perpignan-Méditerranée (1974-2011).
Avec sa disparition, le rideau tombe sur une époque. Et quelle époque !
En parallèle de ses fonctions administratives, elle a toujours mené le bal, de l’opérette au music-hall, tour à tour scénariste, comédienne, scénographe, metteur en scène… Elle était le bâton ou le plancher des trois coups qui annoncent le début de la représentation, juste avant le lever de rideau.
Elle était à la fois la tradition et l’avant-garde dans les rapports scène-salle, où le public catalan l’attendait avec impatience à chaque fois, pour savourer son humour, sa féérie des mots, ses costumes somptueux. Elle savait monter, créer, toute une troupe simplement avec deux-trois interprètes talentueux qu’elle avait repéré, vous raconteront celles et ceux qui l’ont accompagnée le temps d’une pièce, ou d’une programmation annuelle pour le Théâtre municipal de Perpignan, son théâtre ! Car tous ses proches vous le confirmeront : à chaque spectacle, à chaque représentation, Josy Llop faisait sienne cette citation de Christophe Huysman : « S’il y a un endroit où tout est possible c’est le théâtre » !
Josy Llop & Michel Delfaud

Josy Llop & Michel Delfaud

Voir les commentaires

Palais de Justice : la Chancellerie retient le projet de la Ville

22 Février 2019, 16:37pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Palais de justice de Perpignan

Palais de justice de Perpignan

Palais de Justice

La Chancellerie a décidé de retenir le projet de la municipalité concernant la reconstruction in situ du Palais de Justice de Perpignan. Tandis que je présidais, hier jeudi 21 février, la séance du conseil de communauté de Perpignan Méditerranée Métropole (PMM), M. Mathieu HERONDART, Directeur de Cabinet de la Garde des Sceaux,  m’a appelé pour me confirmer que le dossier que je porte avec toute l’équipe municipale qui m’entoure avait été retenu officiellement, inscrit au budget, prévu dans l’enveloppe de 450 millions d’euros allouée aux opérations immobilières de la Chancellerie.

Le tribunal restera donc en centre-ville, comme je l’ai toujours souhaité. Pendant la campagne de 2014 cela faisait partie de mes engagements, nous le réaliserons ensemble, avec tous ceux qui y ont cru dès le départ. J’ai d’ailleurs été personnellement remercié par le ministère de la Justice pour les efforts incessants déployés par la Ville, afin de mettre à disposition de ce grand chantier tout l’espace nécessaire.

C’est un nouveau tribunal flambant neuf qui verra donc le jour à court terme. Les mois qui viennent permettront de préciser sa taille et la date de sa construction. La confirmation de la Chancellerie était attendue. J’en suis le premier ravi. Car les conditions actuelles dans ce tribunal vétuste ne permettent plus aux uns et aux autres de travailler dans la sérénité et la sécurité qu’exigent les fonctions de magistrat, d’avocat, de l’ensemble du personnel judiciaire et, naturellement, du justiciable. Cette situation est due principalement à la vétusté des locaux.

L’annonce officielle de cette reconstruction in situ avec extension mitoyenne me satisfait pleinement. Comme je le dis à chaque fois, dans toutes mes interventions, l’intérêt général doit toujours primer. Avec cette annonce du ministère de la Justice, nous entrons dans une nouvelle phase de redynamisation du centre-ville, qui s’ajoute au retour de centaines d’étudiants en centre-ville, grâce à l’opération « Campus Mailly », sans oublier le grand Musée d’Art Hyacinthe Rigaud, etc.-etc.

J’aurai l’occasion de revenir sur cette décision historique !

Voir les commentaires

Les champions sont de retour !

21 Février 2019, 14:36pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Sur mon blog, le 7 février dernier, j’adressais un message de soutien et d’encouragement à MM. HAMRI et OUMERZOUK, deux boxeurs issus du club perpignanais Jaga Fight présentés par l’International Fight Organisation (l’IFO) au WC 93, le World Fight Championship, qui s’est tenu le 16 février dernier à l’Arena de Riga, en Lettonie.
Hicham HAMRI, 25 ans, et Oualid OUMERZOUK, 40 ans, nos deux valeureux combattants de la team perpignanaise sont tous les deux revenus du pays balte avec leur titre de « Champion du monde » dans leurs disciplines respectives, « Muay Thaï » et « MMA ». Ces deux victoires, saluées unanimement par la presse spécialisée internationale, sont le résultat et l’aboutissement d’un an et demi de qualification représentant cinq combats pour chacun d’entre eux !
Leurs superbes et historiques victoires – ne craignons pas d’user des qualificatifs les plus enthousiastes – non seulement viennent auréoler un club, le Jaga Fight, qui cumule déjà de nombreux exploits grâce à toute une génération de boxeurs et d’adeptes de sports de combat aux multiples talents, mais elles rejaillissent également sur l’ensemble du territoire de Perpignan Méditerranée Métropole.
Quel que soit le rendez-vous, quelle que soit la discipline – sportive, mais aussi économique, culturelle, gastronomique, touristique, viticole, nautique, musicale, etc. – chaque fois qu’une personne porte les couleurs de Perpignan pour aller à la conquête d’un titre, d’une récompense, ou simplement pour participer, c’est tout notre territoire dans sa formidable diversité qui renforce son attractivité, son « statut de destination » et sa réputation.
Je tiens en mon nom, ainsi qu’en celui de tous les habitants de notre communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole, à féliciter ces deux champions, ces deux ambassadeurs d’une certaine qualité de vie en Roussillon.
Julien CARBONNELL, secrétaire du club Jaga Fight (rue Oliva à Perpignan), Oualid OUMERZOUK et Hicham HAMRI.

Julien CARBONNELL, secrétaire du club Jaga Fight (rue Oliva à Perpignan), Oualid OUMERZOUK et Hicham HAMRI.

Voir les commentaires

Perpignan en direct sur la chaîne Public Sénat ce jeudi, à 7h 30

20 Février 2019, 14:41pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Ce jeudi 21 février 2019, à partir de 7h 30, je serai interviewé en direct sur la chaîne de télévision politique et parlementaire, Public Sénat (Canal 13 de la TNT).
Au cœur du Grand Débat National lancé par le Président de la République, Public Sénat, dans le cadre de sa mission d’information et de formation des citoyens à la vie publique, en toute indépendance et dans le respect du pluralisme, donne la parole aux élus de proximité.
Contacté par la rédaction de Public Sénat, j’ai immédiatement répondu présent pour apporter la pierre des Perpignanaises et des Perpignanais à l’édifice du Grand Débat National.
Perpignan en direct sur la chaîne Public Sénat ce jeudi, à 7h 30

Voir les commentaires

Chambre d’Agriculture : Michel Guallar s’en va, Fabienne Bonet arrive…

20 Février 2019, 13:51pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Pour la première fois en Pays Catalan, c’est une femme, viticultrice, en la personne de Fabienne BONET, qui s’installe à la présidence de la Chambre d’Agriculture des Pyrénées-Orientales. Fabienne BONET conduisait la liste du syndicat historique de la profession, la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles). Elle succède donc à Michel GUALLAR lequel pendant douze années, l’équivalent de deux mandats passés à la tête de cette Chambre d’Agriculture, a su impulser une certaine dynamique autour des grands dossiers incontournables imposés par l’époque et les goûts des « nouveaux consommateurs ». Avec lui, l’oenotourisme a trouvé sa place dans l’avenir de notre territoire, et ce en nous rattachant au terroir et en nous connectant avec l’ensemble des autres acteurs de la filière. Je félicite Michel GUALLAR pour tout ce précieux travail réalisé en équipe. Une équipe qui sous sa gouvernance a su se remettre en question pour exercer les métiers de l’Agriculture « par amour du travail bien fait dans le respect de l’Environnement ».
Avec Fabienne BONET – dont l’époux, Francis BONET, préside les destinées de la 1ère cave coopérative du département en nombre d’appellations, la cave Côte d’Agly Estagel – c’est une autre génération qui prend le relais et s’installe dans les starting-blocks pour assurer une certaine continuité dans les objectifs précédemment fixés, et surtout pour innover, développer d’autres ambitions, d’autres projets visant toujours à matérialiser la force de notre viticulture aux plans historique et économique.
Bravo à Michel GUALLAR et à son équipe pour l’oeuvre accomplie. Tous mes vœux de succès et de belles réussites accompagnent maintenant les nouveaux élus autour de la présidente Fabienne BONET qui est à mes yeux une garantie solide pour permettre à l’Agriculture « made in Roussillon » de faire face aux défis de demain !
Chambre d’Agriculture : Michel Guallar s’en va, Fabienne Bonet arrive…

Voir les commentaires

Pourquoi tant de haine ?

18 Février 2019, 22:16pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Et revoilà le conflit israélo-palestinien qui s'invite chez nous, dans la République Française, si l'on en juge par les propos antisémites et raciste tenus, samedi soir, lors de la manifestation des Gilets jaunes à l'encontre du philosophe Alain FINKIELKRAUT. Car l'auteur principal de ces propos, aux cris de « Palestine, Palestine ! », aurait été démasqué, identifié comme évoluant dans la mouvance salafiste.
Les images de la scène dans laquelle FINKIELKRAUT est insulté et hué par des Gilets jaunes, et qui ont circulé en boucle tout le week-end durant sur les réseaux sociaux et dans les journaux télévisés, sont terrifiantes, tellement leur contenu est glaçant
Ce déferlement de haine, cette violence raciste, n'ont absolument rien à faire dans notre République. Les sanctions contre leurs auteurs doivent être exemplaires, et d'une fermeté sans équivoque. Cette minorité haïssable est non seulement en train d'asphyxier le mouvement social des Gilets jaunes, mais elle pollue également dangereusement notre société.
Désormais, il ne suffit plus d'aller sur les plateaux de télévision pour condamner la main sur le cœur, ou pour s'interroger de savoir ce que la République aurait bien pu louper dans l'éducation et l'insertion de ces gens-là, la riposte judiciaire doit être à la hauteur du mépris qu'ont ces personnes pour le « vivre ensemble », l'une des valeurs fondatrices de notre République. Comme le dit si bien ce matin FINKIELKRAUT dans le journal Le Figaro : « Ce n'est pas l'esprit de vengeance qui m'anime, mais j'ai envie de contribuer à la prise de conscience ». Peu importe d'apprécier ou pas le philosophe, l'homme, peu importe d'adhérer ou non à ses propos, ce qui compte aujourd'hui c'est de se mobiliser pour crier : « Plus jamais ça ! ».
J'invite toutes les Perpignanaises et les Perpignanais, tous les habitants du territoire, à se rendre demain mardi 19 février, à 18h30, à se rassembler place de la République à Perpignan, pour dire « stop, ça suffit ! » au déferlement de haine qui éclabousse en ce moment la République.
Alain Finkielkraut © JDD

Alain Finkielkraut © JDD

Voir les commentaires

J'apporte mon entier soutien à Mme DELGA

16 Février 2019, 20:37pm

Publié par Jean-Marc Pujol

J'apporte mon entier soutien à Mme DELGA
La présidente de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée vient de recevoir une lettre anonyme dans laquelle l'auteur la menace de mort et tient des propos antisémites et sexistes à l'égard de Carole DELGA.
Des propos qui ne peuvent inspirer que LE dégoût, inquiétude... et tristesse.
Comment, dans notre République, en 2019, des hommes peuvent-ils encore, et encore, s'adonner à des comportements autant insupportables que répugnants.
On ne le répétera jamais assez : faire reculer l'antisémitisme et toutes les formes de racisme est un devoir (inter)national, il en va de la survie des hommes à vivre en société et en toute liberté. Tant que de tels maux subsisteront dans certains esprits et cerveaux des hommes, l'Humanité ne sera pas tranquille.
Avec ces quelques mots, je tiens, au nom des Perpignanaises et des Perpignanais, ainsi qu'au nom des habitantes et des habitants de tout le territoire métropolitain Perpignan-Méditerranée, à assurer Mme DELGA de mon entier et indéfectible soutien. Nous devons tous condamner avec la plus grande fermeté ce dérapage ignoble et afficher une extrême vigilance face à des réflexes nauséabonds qui continuent d'empoisonner le Monde. Comme si l'Histoire n'avait pas servi de leçon.

Voir les commentaires

Face à la presse…

15 Février 2019, 20:59pm

Publié par Jean-Marc Pujol

Face à la presse…
Face à la presse…
Face à la presse…
Face à la presse…

J’étais hier en fin d’après-midi, de 18h à 19h, l’invité de l’émission « Face à la presse » diffusée par France Bleu Roussillon pour répondre aux  journalistes : Thierry BOULDOIRE (pour le journal L’Indépendant), Antoine GASQUEZ (La Semaine du Roussillon), Marc TAMON (France 3 Pays Catalan) et Sébastien BERIOT (France Bleu Roussillon). Plusieurs thèmes rythment cette émission,  J’ai donc été interviewé sur les prochaines élections municipales, le stationnement en centre-ville, le retour de l’université dans le centre historique (« Campus Mailly »), un pré-bilan de l’équipe municipale que je dirige et le procès des indépendantistes catalans qui a lieu en ce moment à Madrid.

 

Au milieu de l’émission, un « invité-surprise », c’est également le principe de ce rendez-vous, est censé venir porter la contradiction à l’invité. Hier soir, c’est Nadia KHARBOUCH, commerçante du cœur de ville , qui est donc venue débattre pendant une dizaine de minutes. Je tiens à rassurer ici les auditeurs, et mes soutiens, le face à face a été cordial, respectueux de part et d’autre, et d’un bon niveau.

 

Concernant les élections municipales de mars 2020, dans une année donc, j’ai à nouveau précisé à mes interlocuteurs concernant l’éventualité de ma candidature à ma propre succession qu’ils seraient fixés aux lendemains des élections  européennes, lesquelles se dérouleront le 26 mai prochain. Devant leur insistance, j’ ai rappelé que ma candidature n’avait de sens que si elle rassemblait le centre et la droite, je n’ai d’ailleurs jamais changé de cap s’agissant de cette ambition, je continue à rester sur cette position depuis des mois. La liberté de ton qui m’anime est intacte, que ce soit avec le président des Républicains, Laurent WAUQUIEZ, avec le Premier ministre, Edouard PHILIPPE, qui est un homme de droite, avec Christian ESTROSI et son mouvement « France Audacieuse » ou encore avec Valérie PECRESSE, la présidente de la Région Ile-de-France, pour laquelle mon amitié n’aura échappé à aucun observateur de la politique française.

 

Si je suis celui qui peut éviter au Rassemblement National de prendre la ville de Perpignan, je serais là !

Je suis un homme de droite, j’ai une certaine forme d’expérience, je peux donc faire la différence en portant de véritables  valeurs, car même si M. ALIOT est un personnage d’ envergure nationale, rien est inéluctable. Aujourd’hui, Perpignan est un enjeu politique de haut niveau.

Les journalistes m’ont interpellé sur l’éventualité d’une candidature issue des rangs de mon équipe municipale, celle d’Olivier AMIEL en l’occurrence. Cela me parait naturel que des personnalités comme M. AMIEL, M. GRAU, Mme RIPOULL se positionnent. Mais dans tous les cas  j’essaierai de convaincre jusqu’au bout pour rassembler.

Chacun prendra ses responsabilités le moment venu.

 

Je revendique ma liberté de ton, je le répète, je l’assume, même aux côtés des Gilets jaunes, parce que je fais partie des élus qui vont sur le terrain pour dialoguer, concerter et débattre avec tous les perpignanais quelles que soient leurs opinions. Ecouter, entendre les gens, partager leurs inquiétudes, c’est le rôle d’un élu de proximité.

Et c’est d’ailleurs au quotidien l’action de mon équipe municipale .

Chacun remarquera que Perpignan reste à ce jour la seule ville française de plus de 100 000 habitants épargnée par les casseurs mêlés aux  Gilets jaunes , résultat de la concertation menée depuis le début de ce mouvement.

 

Enfin, parmi les thèmes abordés, je suis revenu sur « l’opération Comteroux », J’ai rappelé sa nécessité pour la ville et J’ai invité mes interlocuteurs du jour à se poser la question suivante : chaque fois qu’il est question d’un projet commercial, ou d’une extension envisagée sur le territoire de la commune de Perpignan, nous assistons à une levée de boucliers. Je suis le maire de tous les perpignanais , j’ai pour ma ville l’ambition depuis le début de ce mandat d’en faire une destination  et  je porte pour elle un projet économique  de territoire .

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>